dingo!

vendredi, octobre 31, 2003

... contemporains.

"De façon générale je ne parlais à personne, je n'avais pas le temps ;
de façon générale j'étais trop occupé à t'écrire des lettres que je
cuisinais et mangeais cuites à l'eau. J'avais perdu plus ou moins
seize kilos. Je me nourrissais pour l'essentiel à base de mort
froide, de désastre sous vide, de petits enfers individuels déjà
tout préparés. On était de bons amis, assez proches qui se disaient
tout, on ne se voyait pas régulièrement mais rien n'eût su entamer
notre mutuel attachement. En passant, tu avais fait de moi de la
viande bonne pour la vermine ; après quoi, tu m'avais rappelé et
puis cessé de rappeler. Au total, tu avais cessé de rappeler, on
m'avait conduit aux urgences, on m'avait recousu, donné des cachets,
en revenant de la morgue où l'on m'avait autopsié j'avais commencé
d'aller mieux. Cela faisait maintenant sept ou huit siècles, je me
rétablissais de mon décès grave, je recommençais d'apprendre à
survivre, parfois j'allais fleurir ma tombe sur laquelle ne
poussaient que des tags et de l'herbe vivace."


Troisième extrait, plus long, plus substantiel et fouillé de Sphinx
d'Antoine Brea.

Point de départ : nouvelle évocation par le narrateur de son
avoir-été-quitté, puis inopinément elle l'appelle, il résiste un peu
puis va, très ému, la trouver.

Matière : émotion de la retrouver, douleur du dommage d'avoir été
quitté, jalousie sourde mais violente, toujours l'inadéquation des
sentiments.

Forme : maîtrise de la répétition décalée, du cadrage et du recadrage,
de l'approfondissement et du rebond. Imparfait, plus-que-parfait ;
imparfait du subjonctif ; "on" dans le sens pluriel accordé au
singulier quand même.



jeudi, octobre 23, 2003

... contemporains.

"La fille disait amère que je ne valais rien, pas un clou, pas mon
poids de galets, la corde pour me pendre, qu'elle était amoureuse
de moi peut-être. J'avais du mal à comprendre ce qu'elle racontait,
il eût fallu que je me concentrasse perpétuellement, que je la
battisse sans discontinuer, c'était fatigant. La fille et moi, nous
n'étions pas réellement dans un agir communicationnel idéal."

Deuxième extrait du travail en cours SPHINX d'Antoine Brea. Une vie
dévastée, des relations sans suite presque toujours amères et qui ne
contiennent que du sexe, une description répétitive, parfois
incohérente, la piêtre excuse d'une mauvaise mémoire, tout cela en
fine dentelle et à l'imparfait du subjonctif ...

lundi, octobre 20, 2003

Un peu de lit et de ratures contemporains


"Tu m'avais interrogé au sujet de ton nouveau manteau acheté
dernièrement dans une braderie : est-ce que je le trouvais beau ?
Je trouvais étrange et difficile cette énigme à propos de ton
vieux manteau tout neuf ; n'était-ce pas là un moyen féminin et
étudié de m'enseigner que tu m'aimais ? J'avais du mal à me faire
une idée précise, occupé que j'étais à mûrir l'assassinat de
l'autre que tu avais repris. J'avais répondu oui très beau après
m'être vaguement moqué de ses allures de peignoir en solde. Tu
m'avais traité de connard en riant et tu paraissais contente de
nous. Ta main à ce moment-là avait frôlé la mienne et je pensais
que j'opterais probablement pour un coup de couteau dans la panse
sous le porche de son immeuble."


Extrait du roman en cours de fabrication : SPHINX d'Antoine Brea.


MisterMong aime tout court

samedi, octobre 04, 2003

D'abord, hisse ton voile

Ensuite, hisse ton voile aussi

MMong aime son vélo

Powered by Blogger

Lafraise.com, éditeur de bien jolis T-shirts.