dingo!

samedi, février 26, 2005

Comment vont les choses?

Certains n'ont pas trop le moral, d'autres essaient d'en rire pendant que leurs supérieurs nous font croire que tout va pour le mieux. Y'en a qui désespèrent et qui se demandent ce qu'ils vont refiler à leurs mômes. La déglingue semble être monnaie courante dans les grandes boites à rayon d'action international ou des les administrations. Les théories de la double contrainte ou de la triple contrainte [il faut lutter contre le stress au boulot -- vous devez avoir terminé ceci pour ce soir] C'est pas facile tous les jours mais je ne pense pas que ce soit pire qu'avant. D'ailleurs comment c'était avant? A la ToTo le Héros : "Quand PaPa passe derrière la porte d'entrée, PaPa est au travail; Quand PaPa repasse la porte, PaPa revient du travail!". Peut-être une image "idéale" qui se brise. Et la déprime qui la suit. Le reflet des choses n'est pas notre image ou l'inverse. Quand les choses se fissurent, la lumière peut passer au travers.

vendredi, février 25, 2005

PodCasting ala *R*-Odeo-

Vous allez me dire c'est facile! Quoi? Ben de parler du PodCasting : c'est le truc du branché ... "kwa kwa kwa ?" (à dire rapidement comme disent les branchés de par ici à Bruxelles :: essayez voir, une fois ,des fois que vous viendriez ici!)

En deux mots, le podCasting c'est un peu le successeur des radios.blogs! Vous mélangez le flux RSS avec les MP3 et vous diffusez depuis votre site pour des lecteurs iPods.

Les conférences et les blogs en parlent abondamment.

Odeo est le nouveau projet du fondateur de Blogger : Evan Williams. Le but de ce projet? Rendre la publication audio aussi simple que celle du texte avec les blogs. Une petite *r*évolution dans la vague des publications personnelles? Certainement!

Pour l'info geek : ODEO est développé en temps record sur RAILS (Evan Williams parlait de 1 mois de développement). Pour ceux qui veulent une explication par l'exemple sur le principe de développement avec Rails, Curt Hibbs propose un bon article.

Comme le faisait remarquer Jason Fried de 37signals, qui gagne derrière ce mouvement "branché"? C'est Apple. Dans PodCasting, il y a iPod ou presque. Et pas iRiver... , DellDJ... ou un autre nom de marque. Pour une fois que le bénéfice reste acquit au "first mover" et pas aux suiveurs, c'est cool!

Ah oui et pour suivre le buzz l'inévitable flux à lire sur del.icio.us ou à suivre en RSS. A moins que vous ne suiviez celui de Technorati :o)

jeudi, février 24, 2005

L'insupportable pour Florence, Hussein et les autres

Il existe désormais un site de support officiel qui relate l'ensemble des actions faites en faveur de Florence & Hussein.



L'actualité est difficile : 50 jours sans nouvelles pour Florence & Hussein, 1.095 jours pour Ingrid Betancourt qui commence sa 4° année de captivité. L'info rappellait que 3.000 personnes en Colombie sont ôtages depuis peu ou longtemps. Certaines ont même été enlevées à de multiples reprises.

Ce monde là est effrayant, insupportable et innacceptable. Il est de notre devoir de bouger pour faire changer les choses. Un journaliste radio racontait que la pression internationale aidait beaucoup en Colombie. Même si la situation politique chaotique et violente ne pouvait rien laisser présager de positif à brève échéance. En parler ou faire circuler l'information c'est déjà beaucoup. Deux liens si vous souhaitez agir ou rejoindre des actions prévues.

lundi, février 21, 2005

Logos flottants

A quoi peuvent bien ressembler des logos commerciaux si on les débarrassent de leur support? c'est ce que Matt Siber vous propose de découvrir.

Chaque jour qui passe ...


Chaque jour qui passe est un nouveau coup porté à la liberté d'expression et au droit à l'information.


La suite ici

dimanche, février 20, 2005

Dynamique de communauté?

Guillaume Buffet raconte l'étrange dynamique de la marque à la pomme, où tout utilisateur se retrouve [malgré lui?] en VRP de luxe alors que la marque lui témoigne plus souvent qu'à son tour un mépris ou une ignorance assez crasse.

Mais alors sur quoi repose la dynamique de communauté de la petite pomme?

Google sur Itunes?

Avez-vous déjà utilisé iTunes? Comment? Vous n'avez pas encore installé ce merveilleux petit software pour gérer vos fichiers musicaux? Une partie de la gestion de votre "aimpéthèque" se base sur ce qu'on appelle du META-DATA (données sur les données ou les informations sur vos fichiers musicaux). Toutes les informations que vous ou iTunes rajoutez pour décrire le nom de l'artiste, la chanson, le genre, la date de création, votre évaluation, ... toutes ces informations forment les données metadata de votre collection. Le tri des données utilise donc ces informations pour retourner/trier/filtrer vos morceaux favoris pour votre plus grand bonheur.

Imaginez maintenant appliquer le procédé iTunes sur les informations collectées par Google. Et MSpace est né de cette idée-là. Un software dédié à explorer les relations entre les informations. Un exemple en ligne ici (attention il ne fonctionne pas avec IE)

D'autres softwares annoncent l'intégration de navigation basée sur les données meta-data comme le prochain OS d'Apple "Tiger" avec son module "SpotLight" (la vidéo démo est assez explicite).

Et vous comment pouvez-vous changer votre vision en utilisant les metadata?

L'info MSpace trouvée par mon frangin Denis.

Innovation?

Lors d'une discussion passionnée entre 2 geeks ce vendredi soir, il m'est apparu une évidence. Pourquoi les outils opensources ne sont-ils le plus souvent que des copies améliorées de softwares existants? Linux une copie Unix, FireFox une copie de Internet Explorer une copie de Netscape, Thunderbird une copie de Outlook, ... la liste peut se décliner.

Cela me rappelle un excellent article de Joel Splosky sur les stratégies industrielles du monde IT et sur la réalité des stratégies "opensource".

Mais ce que j'ai retenu de notre discussion, c'était le fait que les "nouveaux outils" qui apparaissent ne sont jamais que des clones améliorés. Aucun concept innovant n'est expérimenté ou proposé.

Je m'explique en prenant un exemple; un logiciel client email. Pourquoi faut-il toujours classer l'information sur le modèle "Outlook"? Vos mails arrivent et s'empilent dans une fenêtre centrale. Vous créez des dossiers latéraux. Un filtre pour classer ces messages dans leurs petites boites. La question à 1 euro: pourquoi tous les softs qui existent sur le marché (Outlook, Eudora, Thunderbird, Hotmail, Yahoo Mail, Gmail, ...) proposent tous la même interface? Chez le dernier arrivé, il y a quelques astuces qui apparaissent (les tags ou marqueurs que vous pouvez attribuer à vos messages et le fait que l'email est une discussion [avec le regroupement des emails qui constituent une discussion]).

Même si ces fonctionnalités avancent un peu le débat, il faut reconnaitre le "statu quo" généralisé de cette industrie. On pourrait transposer les exemples à d'autres softwares et le même constat s'impose. Certains vont crier tout de suite à la loi de la pensée unique. D'autres vont dire que c'est déjà assez compliqué pour l'utilisateur lambda. Ou encore que c'est la loi de la concurrence qui impose une similarité dans le concept et les fonctionnalités pour faire "switcher" un nouveau client. etc. etc. etc.

Dans mes souvenirs des années 80, je garde une image mythique (et très floue) d'une industrie informatique qui nous pondait des operating system à tout va. Sans prendre en considération une réussite financière - conditition sine qua non d'une survie - il y avait quelques fol-dingues qui imaginaient des choses. Comme le faisait remarquer mon interlocuteur, maintenant ces nouveaux OS où sont-ils? Même dans le monde opensource? Oui il y a pléthore Linux mais le reste?

Revenons à l'email : ce n'est quand même pas difficile de pouvoir réfléchir sur le concept et d'essayer d'innover? A votre avis quelle pourrait-être une méthodologie de réflexion créative pour faire les choses autrement?

samedi, février 19, 2005

Pertes de temps hallucinantes

Voilà qu'une fois de plus, mon beau système XP, a fait des siennes et des grandes manières. Le temps nécéssaire pour faire les sauvegardes des données, vérifier le back-up des numéros de séries, retrouver les cd d'installations, refaire les installations; un temps qui a été mortellement long. Plus de 2,5 jours au total étalés sur deux semaines ... sans compter les crises du système : 10 minutes pour que monsieur se mette en route le matin et le reste des détails chiantissimes. Un peu comme une solide grippe qui vous cloue au lit pour un même laps de temps.

A dériver pour les entreprises, cela représente une perte de productivité hallucinante. Au prix de la journée de travail x le nombre d'employés x le nb de ré-installation par an : une seule conclusion : windows est un cout de revient exhorbitant.

Donc voilà la machine est ré-installée avec les softs minimums.

Pourquoi vous raconte-je cette histoire de calvaire sans intérêt que tout utilisateur windobe croise plus souvent qu'à son tour?

1. Pour dire que je change de plateforme : je retourne sur Apple pour mon usage pro et le plus fréquent. Un powerbook G4 fera mon bonheur. Je garde un pc pour tester mon travail et faire fonctionner quelques softs que je ne trouverai pas sur mac

2. Si vous vous souhaitez installer XP pro : un conseil restez sur une version 2000 qui est beaucoup plus stable

3. Si vous devez ré-installer XP pro : vous voilà averti du parcours du combattant qui vous attend. le processus n'est pas encore wysiwig et ouvert à l'utilisateur lambda de base.

3.1 0. Back-up data : bien préparer l'avant-mise à jour est fondamental : à chaque fois j'oublie des données. Avec les tailles des disques durs, on accumule vite des gigas en tout genre. Faire le tri entre l'utile et l'agréable n'est pas toujours aisé.

3.1.1 N'oubliez pas d'installer en priorité le service Pack 2 avant d'installer vos softs de travail. Astuce : activez le firewall de XP avant de vous connecter sur l'internet.

4. Anti-Virus : plusieurs personnes m'ont expliqué que Norton Anti-Virus etait gourmand en ressource systeme et pouvait à la longue entraver sérieusement le fonctionnement de votre ordi. Donc en constatant ce ralentissement mais sans l'expliquer uniquement par Norton, j'ai décidé de changer de logiciel, en testant GriSoft (AVG free).

5. SpyWare : Adware, SpyBot et CWShredder sont une panoplie qui viendront à bout de toutes les petites merdes que les sites vous refilent pour traquer 36.000 données inutiles à votre sujet.

6. PGP : pour crypter vos échanges de fichiers sensibles, il existe plusieurs logiciels opensource intéressants. Chacun plus ou moins spécifique aux applications avec lequelles vous souhaitez travailler (suite MS Office, suite pour logiciel opensource, ...)

6. Vos softwares favoris ... je veux parler de Mozilla FireFox, Mozilla Thunderbird, OpenOffice, .... ah oui pour passer de Outlook à Thunderbird cela a été un cirque pour ré-importer les archives.

Donc voilà ... pour vous dire qu'après la peine vient le beau temps : je suis très content de retourner sur un powerbook apple ... meme si je n'abandonnerai pas mon bon pc.

lundi, février 14, 2005

Les cartes façon Google

Ca y'est Google lance ses cartes en ligne ... sorti déjà la semaine dernière (une éternité sur nos petits blogs).

Jetez-y un oeil et jouez avec les différentes combinaisons (navigation sur la carte, recherche puis navigation carte, recherche avec nom de rue, etc.) : très impressionant même si ce n'est pas encore toujours très précis.

Et surtout très prometteur : bye bye les revenus des pages jaunes dès que les cartes google vont se coupler avec Adwords ou AdMap : voilà encore une redoutable machine à $$$ qui va tourner à plein très bientôt.

L'experience utilisateur, toujours elle, ... à croire que les autres comprendront à leur dépend une fois de plus.

Comme le faisait remarquer Seth Godin sur un des ces récents posts, Google a réussi son moteur de recherche car il a su rendre la publicité pertinente pour les utilisateurs. Tout le monde s'y retrouvant (utilisateurs, annonceurs, affiliés et surtout au final Google) le succès ne pouvait qu'être au rendez-vous.

Toutes les entreprises de pages jaunes vont perdre de l'argent dans les années à venir à être encore "obligées" d'imprimer des tonnes de papier alors que d'autres leur souffleront leurs revenus par une solution efficace en ligne.

Alors où faut-il développer son business? Et surtout comment?

Choc : le virus du sida pour lutter contre le cancer?

Le mal par la mal :: Un virus H.I.V. génétiquement modifié pour s'attaquer aux cellules cancéreuses.

C'est ce que des scientifiques universitaires de californie (UCLA AIDS Institute) auraient réussi à faire avec succès. Hypothèse d'une prochaine ouverture dans la thérapie des cancers?. Toutes les infos dans un article de Wired News trouvé via Slashdot [aah les vieilles casseroles de nerds !!!]

samedi, février 12, 2005

Bruxelles la nuit

Je vous glisse un lien vers le site d'un jeune photographe, Christophe Licoppe, qui réalise un documentaire sur Bruxelles vue la nuit et de haut. Comme disait un acteur français, Putain c'est beau une ville la nuit!

vendredi, février 11, 2005

T-Shirt branché

Ca y'est c'est le moment de vous faire remarquer en soirée avec le petit T-shirt qui va vous mettre au centre de la discussion, enfin même deux minutes c'est déjà ça. L'affiche est un détournement d'un film des années 50.



Trouvé via Sylvain via via via ... la loi du genre

guerre de cultes

A Redmont sur le campus Microsoft, de tous les employés qui utilisent un balladeur numérique : 80% préfèrent l'iPod. Ce qui ferait près de 16.000 iPods se balladant librement chez l'oncle Bill. Y'en a qui voient tout rouge et ne sont pas content du tout. Sur MacNN. Via 37signals.

jeudi, février 10, 2005

Comodore change de mains

La marque mythique des années '80 qui fut à l'origine du fameux Comodore 64 vient d'être acquise par un distributeur de musique numérique de Beverlly Hills.
La société hollandaise Tulip Computers a cédé la marque Comodore pour un montant de 24 millions de dollars à la californienne Yeahronimo Media Ventures Inc.

Pour mémoire, Comodore n'avait pu renouer avec le succès remporté en 1982 avec son clavier/console C64. Et sous la pression du PC-roi, l'entreprise était déclarée en faillite en 1994. Yeahronimo, nouveau propriétaire du logo, continuera à commercialiser les appareils numériques que vendait Comodore International BV en Europe (Mpet, Fpet et C64 Direct-to-TV). Mais il n'est pas question pour l'instant, assure Freni, patron de Yeahronimo, de relancer une marque de PC Commodore. « Nous en aurions le droit, mais nous n'avons pas pris de décision à cet égard». On pourrait en revanche croiser bientôt des lecteurs de musiques Comodore. Les plus de 30 ans vont craquer !

Yahoo lance la recherche contextuelle

On a connu le temps où Google sortait ses trouvailles en premier. Mais Yahoo vient, pour une fois, de brûler la politesse à son principal concurrent en sortant Y!Q...

Une trouvaille intéressante qui pourrait bien changer notre façon d'effectuer nos recherches. Cette nouvelle technologie «contextuelle » permet, en effet, aux internautes d'effectuer des recherches en rapport avec la page web que vous visitez. Accessible dans une version test du service « Yahoo news » ainsi que dans une toolbar « demo », le service devrait prochainement être directement intégré au moteur de recherche de Yahoo.

tout est lié

des comments plizz
des comments plizz

samedi, février 05, 2005

P2P : Enfin un autre ton dans un média francophone

Le nouvel obs lance une pétition pour protester contre les actions de l'industrie du disque à l'encontre de personnes qui ont téléchargé de la musique en ligne sans acquitter de droits commerciaux (abusivement appellés droits d'auteurs vu que les auteurs ne touchent pas grand chose sur le prix demandé au consomateur).

Beaucoup d'artistes et de personalités médiatiques se sont engagées sur cette pétition en ligne, en vrac citons Manu Chao, Matthieu Chedid, Mickey 3D, Keren Ann, Jean Louis Aubert, Jeanne Cherhal, Tri Yann, Bénabar, Tryo, Didier Lockwood, Dominique A, Yann Tiersen, Art Mengo, Le peuple de l’Herbe, ... et des dizaines d'autres. Je vous y invite cordialement à vous y manifester (17.855 au moment de publier cette entrée).

Comme le dit DJ Sporto Kantes :
Ce qui fait le plus peur aux maisons de disques, c’est que le P2P donne un état réel du marché. C’est un outil où le consommateur a le choix, et peut vraiment trouver ce qu’il veut, sans subir les diktats des grosses boîtes. Une espèce de zone autonome incontrôlable, d’échange et de savoir. Les plates-formes de P2P permettent de ressortir toute une partie de notre patrimoine culturel: des groupes de musiques en marge, des émissions de télé d’archives qu’on ne trouverait qu’à l’INA. Et pour tous les artistes à part, qui sont de toute façon boudés par les circuits classiques, les cinéastes, les musiciens, ça peut être une façon de faire vivre ce que vous faites.


Comme je l'ai déjà écrit à plusieurs reprises, le tout répressif n'est qu'un des derniers soubresauts d'une industrie du disque qui refuse de perdre son droit de cuissage (pour rester poli, si si madame). C'est un peu leur chant du cygne, et ils refuseront jusqu'au bout de s'adapter autrement puisqu'ils perdront leurs bénéfices en euros & dollars.

A quand des mutuelles d'artistes profitant des nouveaux systèmes d'échanges. Je pense sérieusement que l'échange libre de fichiers électroniques peut ammener des rémunérations aux artistes et leur producteur. Pour 10 millions de morceaux téléchargés, arriver à en vendre 200.000 ou 1 million cela restera toujours de belles ventes. Et qui plus est, si l'artiste peut toucher un fee 2 ou 5 fois plus important : que demandera le peuple?

Et puis leur arsenal répressif n'entrainera qu'une seule chose, l'apparition de réseaux privés cryptés encore plus underground que ceux connus actuellement. En fait, ils sont déjà en action. Seul un accès "main stream", facile et transparent : accélérera le mouvement.

Portrait d'un webmaster

Numéro de streap-tease sur la tendance "mass-market" du webmaster d'aujourd'hui et de ceux de demain. Un petit encouragement à vous tous amis lecteurs.

Pour ceux que l'ergonomie et l'usabilité des machines intéressent un chouia, la vidéo est un document intéressant. Elle illustre bien tous les pré-requis supposés demandés dans l'usage des technologies d'aujourd'hui. La vidéo peut prêter à sourire par les propos et les actions suréalistes qu'on y voit. Mais cela illustre que le chemin est encore très long pour qu'une adoption de masse puisse se faire.

Pour les autres, vous pourrez sourire en pensant à vos proches et parents qui connaissent régulièrement ces situations là.

Cela me fait penser que la société civile devrait mettre en oeuvre des structures de formations plus générales. La semaine internet c'est génial, mais le fossé est quand même grand.

Chronique de Hugues Le Paige : Pour Florence Aubenas et Hussein Hannoun Al Saadi

A la demande de suites par son auteur, journaliste à la RTBF, je vous fais suivre sa chronique radiophonique. Ce qui ne manquera pas d'apporter un sourire à Mister Mong .

Jeudi 3 février 2005

Jean Paul Kauffmann est resté pendant trois ans otage au Liban. C’était il y a vingt ans. Lundi dernier, Jean Paul Kauffmann a prit la parole à Paris lors d’une soirée de soutien à Florence Aubenas et Hussein Hannoun Al Saadi, la journaliste de Libération et son guide dont on est sans nouvelles depuis le 5 janvier.

Jean Paul Kauffmann, écrivain et journaliste, a eu des mots justes :

« Ce sont des démonstrations comme celle-ci qui m’ont sauvé la vie. Rien n’est infime. Tout est indispensable. Même l’action en apparence dérisoire est inestimable. Je pense qu’il ne sert à rien de se poser la question de l’efficacité de telle ou telle action. De toute façon cette action est agissante. La médiatisation est une protection, témoigne l’ancien otage. »

Jean Paul Kauffmann a raison. La mobilisation en faveur de Florence Aubenas et de son collaborateur est plus indispensable que jamais. Parce qu’il faut faire pression sur les autorités diverses qui font certes ce qu’elles doivent faire dans la discrétion mais qui doivent sentir le poids et l’attente des citoyens, parce que cette mobilisation est un facteur important y compris vis-à-vis des ravisseurs, parce que, comme le dit si bien l’écrivain, « c’est de l’oxygène que nous envoyons à Florence Aubenas et à Hussein Al Saadi ».

Tout otage est en droit d’attendre la solidarité et la mobilisation collective pour tenter de l’arracher à l’insoutenable et de contribuer à sa libération. Il faut y ajouter l’émotion et le respect.

Les amis et les proches nous disent ce que l’on peut deviner de la personnalité chaleureuse et subtile de Florence Aubenas quand on ne la connaît pas.

Les collègues, stagiaires ou vieux briscards, racontent l’exercice du métier avec l’admiration et la tendresse que nous comprenons bien à la lecture de ses articles.

Les lecteurs innombrables qui écrivent tous les jours à Libération le disent, chacun à leur manière.

Tous soulignent l’éclairage, le décryptage, l’écriture aussi, que Florence Aubenas apporte à l’information qui d’un coup redevient vitale dans un monde médiatique qui nous fait le plus souvent oublier ces qualités-là.

Il faut donc aussi utiliser les mots à qui elle donne tant de sens pour tenter de contribuer à ce qu’elle soit rendue aux siens.

mercredi, février 02, 2005

De l'Art si je veux ...

Dollars si je veux !

Il faut installer un petit player shockwave de rien du tout comme place sur votre disque et hop le tour est joué.

Laissez vous faire, tout est sur le site ... c'est pas dangereux ... là j'ai mis le lien directement sur Duchamp puis il y a aussi du son

mettez en commentaire si vous avez aimez la visite, si vous en voulez d'autres, si vous voulez dire


ciao tutti

Powered by Blogger

Lafraise.com, éditeur de bien jolis T-shirts.