dingo!

jeudi, octobre 31, 2002

COLDPLAY

Le même soir que le DJ de l'ombre, les nouveaux ténors de la pop music, occuperont le son dans l'enceinte de Forêt National. J'avais presque oublié que j'y avais pris des places. Ouf !!!

DJ SHADOW & RJD2

Dimanche 3 novembre, à l'ancienne Belgique, les DJ magiciens du hip-hop cinématique nous livrerons un set de plaques tournantes.

mercredi, octobre 30, 2002

EVIDEMMENT

évidemment
évide amant
et vie d'amant
avidement
je joue toujours la tragédie
je ne dois plus demander
certain que tu congédies
d'avance mes avances
banale comédie de paradoxes
puisque rien ne tombera
qui l'eut cru du ciel dans mon escarcelle
alors attendre passif, croire lascif
très peu pour moi
mais ne plus s'obstiner

comment renouveller le rôle
trouver de nouvelles paroles
faudra bien démarrer
sans quémander
larguer les ammares
splash dans la mare
ignifuger le peu aux poudres
perlinpinpin brillant dans les yeux

s'il n'est pas possible
alors autant en emporte ce désir
auquel je ne sais encore
au corps me résoudre
dis-moi seulement si
l'affaire est mal partie
le paquet mal ficelé
la porcelaine déjà brisée
tu l'as lu dénudé
toi seule y a posé les doigts
vue des dessous d'une carapace
pesés les défauts de la cuirasse
dénuée d'intérêt ma carcasse

M'aurais-tu déjà répondu?
Que demandais-je déjà?

mardi, octobre 29, 2002

/ 05 / LA FICELLE / 04' 37" /

par la meutrière
guette l'ennemi
guette l'amant
après la colline
j'y suis

par la meutrière
guette l'horizon
guette la vie

je n'attendrai pas l'automne
ses sonates à mon sonotone
je n'attendrai pas
que s'abaisse le pont-levis

je suis les ils
je suis les elles
je suis la ficelle qui se tend
je suis pas cruel
juste violent

par la meutrière
guette l'infidèle
guette l'indécis
après la colline
j'y suis

par la meutrière
guette l'hérésie
guette la vie

je suis le miel
je suis la fiel
je suis la ficelle qui se tend
je suis pas cruel
juste violent

je n'attendrai pas qu'on me sonne
je n'attendrai pas qu'on me pardonne
dussé-je boire l'eau des douves
dussé-je croiser le fer
avec ton majordome

A. Bashung - J. Fauque

PREMIERE

Les foo fighters passent sur la première ... de la RTBF. Vous savez le programme sérieux qui passe en revue l'actualité, les titres des journaux, interview les politiciens, ... Et quel morceau des foo fighters? Je vous le donne en milles exemplaires : TIRED OF YOU. C'est une ballade accompagnée par Brian May des QUEEN. Si cela ne vous met pas de bonne humeur pour vous sortir du lit ... alors je ne sais pas ce qu'il me faut. Peut-être gagner au lotto? J'imagine les têtes de ceux qui ont apprécié le morceau quand ils seront chez leur disquaire préféré (la FNAC ou au CORA). Bonjour, je voudrais écouter l'album ... Bonjour les décibels.

dimanche, octobre 27, 2002

ALT + F4

essayes cette combinaison magique sur ton clavier !

enfin pas tout de suite, lis d'abord les quelques lignes ci-dessous.

09 / EST-CE AIMER / 03'59" /

S'il suffisait de partir
comme un voleur à la tire
rejoindre là-bas
les troupeaux de regrets
s'il suffisait de s'offrir
au premier volcan venu

est-ce aimer
est-ce aimer
est-ce une escale
en mer Egée
est-ce un essaim d'abeilles
au réveil
s'il suffisait d'orner la douleur
d'une plage de silence

j'ai pas souffert
j'ai pas suffi
là où la rouille n'a que faire
de la mélancolie

toi aussi tu te noieras
dans ce désert imbuvable
toi aussi tu te perdras
dans de beaux draps

s'il suffisait
de se refaire une beauté
pour retrouver grâce à ses yeux
s'il suffisait de se défaire
s'il suffisait de disparaître
est-ce aimer
est-ce aimer
est-ce aimer
est-ce aimer

s'il suffisait
d'abolir les écorchures
la peine qu'on se donne pour tenir
une à une triomphe les ruines

est-ce aimer

toi aussi
tu trembleras
sous la canicule
varans sauriens
n'en savent rien

est-ce aimer
est-ce aimer
est-ce aimer
est-ce aimer
est-ce aimer

est-ce une escale
en mer Egée
est-ce un essaim d'abeilles
au réveil

s'il suffisait de croire
le dessous des balançoires


A. Bashung - J Fauque

WEEKLY HOROSCOPE

Dear Booyaa slam, here is your Weekly Horoscope for Oct 28 to Nov 03

Watch out for deception and confusion this week, which could be totally unintentional, but might cause a touch of chaos if you are not careful. The Sun, your bright and shining ruling planet, conjuncts Venus, and both make a square to Neptune, which seems to indicate that matters concerning your home and your partner might stray into that gray area where everything becomes undetermined and ill defined.

It might be wise not to make any moves right now, but don't worry, as this isn't going to be anything that lasts too long. You will need to allow until the following week before you sign any contracts or make any major decisions. Jupiter in your sign continues to trine Pluto and this in turn indicates that your optimism and vision remain very strong.

Mercury moves into Scorpio around midweek and this too indicates that there might be more going on in your home and family situation than meets the eye. You might equally suspect that something is happening, when it isn't.

Your love life continues to be quite dynamic, it is just that you feel unsettled inside and this is reflected in your outer life situation. You also become aware of the bargaining power of love and affection and the power of secrets.

+++++++++++++

Le cher claquement de Booyaa, voici votre Horoscope hebdomadaire pour oct. 28 à nov. 03

Observez dehors pour la déception et la confusion cette semaine, qui pourrait être totalement involontaire, mais pourriez causer un contact de chaos si vous ne faites pas attention.

Le soleil, votre planète régnante lumineuse et brillante, propositions conjointes Venus, et les deux marque une place à Neptune, qui semble indiquer que les sujets au sujet de votre maison et de votre associé pourraient vaguer dans ce secteur gris où tout devient indéterminée et défectuosité définie. Il pourrait être sage de ne entreprendre aucune démarche en ce moment, mais ne s'inquiète pas, comme ceci n'va pas être quelque chose qui dure trop longtemps.

Vous devrez permettre jusqu'à la semaine suivante avant vous le signe tous les contrats ou prendre n'importe quelles décisions principales. Jupiter dans votre signe continue au trine Pluto et ceci indique alternativement que votre optimisme et vision demeurent très forts.

Le mercure entre dans le Scorpion autour du midweek et ceci indique aussi qu'il pourrait y avoir plus continuant dans votre situation de maison et de famille que rencontre l'oeil. Vous pourriez également suspecter que quelque chose se produise, quand il n'est pas.

Votre vie d'amour continue à être tout à fait dynamique, il est juste que vous sentiez intérieur non réglé et ceci est reflété dans votre situation externe de la vie. Vous vous rendez compte également du pouvoir de négociation de l'amour et de l'affection et de la puissance des secrets.

+++++

Alors y'a de quoi s'inquiéter? J'y comprends rien aux Horodateurs !

TIRED OF YOU

La plaque ONE BY ONE des foo fighters tourne sans relache sur le petit poste d'LN. Il m'est bien utile pour les coups de rouleau au latex satiné qui recouvre murs et plafonds de mon prochain appartement. Comme expliqué précédement, je vais aller les voir le 30 novembre prochain aux Halles de Scharbeek. Quelle est l'âme qui veut aller se perdre sous quelques tonnes de décibels?

Personne. Bon OK.

J'irai donc seul, vociférer ces paroles salvatrices.

MA LIBERTE COMMENCE LA OU S'ARRÊTE CELLE DES AUTRES

Ma connerie du jour : On ne peut pas toujours dire tout haut ce qu'on pense tout bas des autres. Les gens font ce qu'ils peuvent croyant souvent que c'est ce qu'ils veulent. Je veux parler des gens proches avec qui on tente souvent en vain de partager quelques moments de temps en temps. Pas les inconnus dont on a rien à foutre. Ceux qui vont au théâtre pour se faire pendre en otage et finissent gazés comme des lapins avec les preneurs de perpette. Quand les intérêts du jeu dépassent la souffrance de quelques petites gens, rien n'est trop jouissif pour écraser l'ennemi. Le jeu dépasse la chandelle et les bouts de ficelles. Pourquoi faire dents la dentelle?

Les common people dont je parle sont ceux qu'on apprécie, je veux dire peut-être toi en particulier qui lit ces lignes. On se connait c'est presque sûr. Parfois je ne peux même pas te dire combien tu es vain, enfermé sur ton petit ego, préoccupé par une question existentielle qui m'exaspère. Oui, tu m'horripiles électrique. Je suis le premier à qui retourner ces propos. Mais là n'est pas ma question. Comme je l'ai dit, tu hais qui tu peux pas qui tu veux. Un peu d'empathie mais enfin j'essaie parfois de te le dire, mais cela n'est pas toujours entendu. Alors pourquoi répèter 3 ou 4 fois de suite quelque chose, si le sens est déformé ou mon propos est réformé. Je n'ai pas forcément envie de te vexer ou pire de t'aggresser. Mais j'ai l'impression de me vider pour rien.

Tourner en rond, fatigues. Je me tais. Cela ne s'arrête pas à un problème de communication, emmetteur-emmerdeur-recepteur, fluide techno-cérébral, les doigts en prise de terre directe à la masse. fffffffffffrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrt , je vois déjà tes cheveux hérissés, s'il t'en reste sur le crâne et l'odeur du cochon crâmé. On s'emmerde, tu m'emmerdes. Il ne se passera rien mais par respect on s'abstiendra. Je fais passer mon temps. Je m'abstrais dans le silence. Je te soustrais. Une bonne diarrée verbale, un vomis logorhé, une chiasse volubile soulagerait cette crampe tenaillante jusqu'à l'insomnie. A quoi bon les dépenses si tu n'entends rien. Restons en las!

Patience au nom de l'amitié. Politesse et relations humaines. Bullshit enragée. Tu me prends la tête. Cela me renvoie à ma petitesse d'esprit, à mon intolérance, à ma rigidité légendaire. Je m'en fou ou presque. J'ai envie de tout envoyer péter. Mais ... il reste un mais car tout est question de réciproque. La belle au bond me renverra toujours son uppercut du gauche. Ouuuch je mordrai des doigts. J'en aurai pour ma monnaie. Pourtant j'aimerai être un éléphant. Juste pour me ballader dans vos magasins de porcelaine. Même pas peur des souris. Même mignonnes à croquer. Que je dis! Faut voir. J'aurai une mémoire terriblement rancunière. Je monterai sur des ballons pour faire le pitre. Vendre mes défenses d'y voir. Provoquer quelques rires bons enfants. Puis je te flanquerai la trouille. Le regretter, en me prenant pour un gros con, et présentant des excuses. C'est comme ca. Je ne suis pas très sympa dans mon ciboulot à temps partiel.

Pourquoi rester ami? Allez de l'air frais, du vent ! Qu'est-ce qui nous relie? Qui fait qu'on ne peut pas tourner la page? Qu'on ne peut plus retourner la plage? Ou mieux l'arracher et changer de bouquin. Passer à autre chose, un roman collection rose, un manga à avaler en 5 à 7. Déménager et changer d'identité. Larguer toutes ces casseroles. Re-7. CTRL+ALT+DEL. Effacer les données. Oublier tout même les bons moments. La grenade a explosé. Commando-suicide je fais rompre mon pain de plastique et partage ma haine avec ces disciples inconnus. Reste à ramasser les morceaux. Leste à ressasser les morsures. Du balai, ouste !

OK je change de disque, je chantonne un autre air, j'abandonne ma demande abusive. Je prendrai ce qui me reviendra. J'oublie une bouteille par la mer. J'efface une tuile. Une tâche d'huile. Un retour de manivelle. Merci pour le geste. De rien pour l'attention. Par où soufflera le vent? Y aura-t'il seulement du vent?

L'IMPRUDENCE

Le Bashung nouveau est sorti, cuvée millésimée va-t'il sans dire, va sans guerre. Mélant lents mélanges ennivrés de cordes torturées à l'indienne par un harmonica morriconien. Les guitares satinées saturées et quelques effets électroniques en sourdine pour des bandes son cinématique. Les paroles sont toujours comme l'arrière boutique d'un diamantaire anversois, renversé sur son bac de brillants babiles tous calibres mélangés aux pierres brutes de décoffrage, pleines de surprises et d'heureux accidents. L'exercice du style est à la hauteur du personnage. Les émotions aussi. Beaucoup parlent de noirceur pour la référence de la pochette sombre et sobre. Pourtant la magie de l'ensemble procure de multiples halos mouvants scandés sur les rythmes de sa voix. Il touche droit au but avec beaucoup d'élégance. Le reste on en a cure. Hop, un doigt dans le nez, ni vu, ni connu!

UN PEU DE CULTURE (politique) A MOSCOU

A propos de la prise d'otages à Moscou. Je me demande ce que voulaient réellement les tchétchènes. Quelle pouvait bien être leur stratégie? Lancer un signal aux autorités russes pour leur dire, on frappe à votre porte si vous ne nous écoutez pas, nous allons faire parler de nous. Mais que pouvaient-ils espérer avec un pouvoir qui n'a jamais négocié en dix ans? Et surtout qui privilégie une guerre totale 'jusque dans le fond des chiottes' depuis 3 ans. Rappellez-vous que Poutine avait utilisé la guerre comme arme électorale. Une réponse intraitable, le bain de sang était la solution la plus prévisible. Quel désolant monde de barbares. Les chiffres sont les suivant 1 otage sur 5 a été sacrifié et sans doute presque 3 otages sur 5 garderont des séquelles à vie de leur empoisonnement au gaz innervant (énervant). Atteindre 4 otages sur 5 en faisant passer le tout pour une brillante réussite. Un seul mot : Chapeau bas !!!

La peur et l'épouvante ne sont pas les seuls apanages de ceux désignés comme "terroristes". Ce qui m'a frappé c'est le pourquoi d'une prise d'otage? Pourquoi pas simplement une acte de terreur, faire exploser le théâtre et revendiquer l'attentat comme cela se fait partout. Je me dis que c'était une prise d'otage c'est qu'il devait y avoir un désir d'échanger et de discuter. Alors qui ne veut pas discuter? Qui a sorti le mot magique "Al Quaida"? Pour désigner dans l'imaginaire collectif les mauvais, la vermine à éliminer. Qui ne veut pas entendre de remise en cause des éléments à l'origine du conflit. Une nouvelle fois, c'est David contre Goliath. Goliath vient de marquer un point. Mais dans la légende, David finit par triompher.

Dans son intervention télévisée, Poutine, n'a fait aucune allusion à la guerre en Tchétchénie, qui était la seule revendication des interventionnistes. Il aura un retour de flammes.


mercredi, octobre 23, 2002

ONE BY ONE

Les foo fighters sont de retour pour le meilleur de nos sonos et la sérénité de nos voisins. Puuuuutttttaaaiiiiinnnnnnnng que c'est booooon de pousser le volume à fond. Les choses les plus simples sont souvent les meilleurs délices. Viva Zappatta !!! La vie pulse avec une pêche d'enfer. Overdrive baby.

Le 30 novembre ils passent aux Halles : qui vient avec moi ? Viiiitttte cela va être sold-out si ce ne l'est déjà pas !!!!!

Love

lundi, octobre 21, 2002

Mobilité - 1.000 bruxellois sondés le 22 septembre

Sans voitures ? oui à 76 %

MARTINE DUPREZ

Les ministres bruxellois Jos Chabert (Transport) et Robert Delathouwer (Mobilité) ont révélé, vendredi, les résultats d'un sondage destiné à mesurer l'impact de la journée « En ville sans ma voiture ». La Région avait montré l'exemple le dimanche 22 septembre en fermant l'ensemble de son territoire aux véhicules motorisés, entre 9 et 19 heures.

Le sondage téléphonique a été réalisé les lundi 23 et mardi 24 septembre, de 17 à 20 heures, auprès de 1.000 personnes (habitant la Région et possédant à 73% une voiture), par un bureau spécialisé. La marge d'erreur est de 3,1 %. Que pensent les Bruxellois de l'opération « En ville sans ma voiture » ? Ils sont favorables à cette idée à 76 %. Ont-ils été informés à temps de l'opération ? 83 % estiment que oui. Ceux qui ont répondu négativement estiment ne pas avoir reçu assez d'information sur les limites du périmètre fermé aux automobiles et sur l'horaire.

Quand on demande aux Bruxellois quels sont les principaux intérêts de l'opération, ils citent spontanément : moins de pollution (37 %), moins de bruit (26 %) et plus de convivialité (21 %). Parmi les inconvénients, les sondés citent spontanément : aucun inconvénient (32 %), la difficulté de circuler en ville (13%), une mauvaise opération pour les commerçants (13 %) et le manque de transports en commun (10 %).

Parmi une série de propositions, ils pointent aussi des souhaits : 85 % des personnes souhaitent des transports en commun plus fréquents, 83 % voudraient qu'ils soient gratuits, 65 % espèrent davantage d'activités organisées et 63 % des avantages offerts par les taxis.

Ils sont 78 % parmi les sondés à souhaiter que l'événement soit répété au moins une fois par an et 57 % de ceux-là proposent de réitérer la chose un dimanche. Par contre, 15 % s'opposent au renouvellement de l'expérience.

Comment les Bruxellois se sont-ils déplacés ce dimanche 22 septembre ? Ils ont marché (59 %, 2 fois plus qu'un autre dimanche). Ils ont pris les transports en commun (32 %, 2 fois plus qu'un autre dimanche). Ils ont roulé à vélo (20 %, 2 fois plus qu'un autre dimanche). Ils ont utilisé une voiture (5 %, 11 fois moins qu'un autre dimanche).

Le message est clair, conclut Robert Delathouwer. Les Bruxellois peuvent compter sur moi pour soutenir la reconduction d'un « dimanche sans voiture », le dimanche 21 septembre, par exemple. La conférence des bourgmestres a marqué son accord mais ce n'est pas une raison pour oublier la date du 22 septembre, qui tombera l'an prochain un lundi.

Je proposerai aux communes de porter le débat de la mobilité vers le monde du travail, Bruxellois et navetteurs seront concernés, ajoute le secrétaire d'État. Une réunion d'évaluation est programmée ce 6 novembre avec tous les groupes concernés pour cerner les secteurs à améliorer.

Sans doute faudra-t-il envisager un périmètre plus restreint et clôturer l'opération à 18 h pour faciliter le retour vers la ville, a suggéré le ministre Chabert. La Stib a connu un certain succès. Mais il est clair qu'un effort supplémentaire du transport public, de la SNCB entre autres, serait souhaitable. ·

Régions du samedi 19 octobre 2002
© Rossel et Cie SA, Le Soir en ligne, Bruxelles, 2002

jeudi, octobre 17, 2002

UN SOIR N'EST PAS L'AUTRE

Jeudi soir, je passais prendre LN qui fermait sa caisse au cirque, quand curieux comme pas deux, nous nous sommes avancés dans la salle de spectacle. Vous ne devinerez jamais qui avait son nom en haut de l'affiche.

Si je vous dis, petit tambour ... parapapam pam petit tambour s'en va parapapam pam rapapam pam ... et oui vous l'aurez deviné sans peine; je veux parler de NANA MOUSCOURI ! Si on est resté plus de 30 secondes à l'intérieur, nous aurons battu un record. Non pas l'envie facile de ricaner un bon coup. Mais il suffit de dire qu'elle a pris de sérieux coups de bottins sur la tronche. Elle chevrotte incontrôllée et n'articule pas deux mots de suite. A ce que se demander ce que font les musiciens symphoniques qui composent son orchestre. Et je ne vous parle pas de l'ambiance du public. Des homes de retraités débarqués en toute hâte sans doute. Glacial l'ambiance.

Un seul regret, ne pas être tombé au moment de la chanson du petit tambour ... hé hé hé !!!

mercredi, octobre 16, 2002

ROYAL LAURENT VOULZY AU CIRQUE

Un petit mot rapide pour vous parler de cette soirée du 15 octobre au Cirque Royal. On peut ne pas aimer les pop-songs de laurent voulzy. Guimauve et bubble-gum en ennervent plus d'un amateur. Pourtant force est de constater que ces morceaux sont polis sous bien des angles. Un forcené du son qui met 5 à 7 ans entre chaque sortie d'album. Il n'a pas échappé à sa réputation hier soir. Majesteux le son offert dans la salle par des musiciens incroyables. Un Manu Catché, empereur des rythmes, à la batterie légère, plus de 3 guitares et quelques synthés pour nous offrir des perles en jouant sur toutes les nuances. Jamais d'excès, que du meilleur, du crystal brillant, de la belle émotion, de la larme à l'oeil. Un vrai régal qui nous rappelle que la vie peut être belle et généreuse. Comme son pote Souchon, ils sont tous les deux très attachants. Plus préoccupés par donner du beau et de l'amour autour d'eux que de concentrer les vivas et les poursuites sur leur égos. Belle aventure humaine. Respect !!!

lundi, octobre 14, 2002

DE RETOUR DU ROC AZUR

Ben vl'a l'enculé d'Unk_LeSlam revenu d'un long week-end de plongée chez les vététistes de tous poils. L'arrivée sur la riviera française ressemblait plus à nos côtes flamandes en plein hiver; ciel gris plomb, bourasques frénétiques, averses madeleines déprimées : ostende beach n'aurait pas mieux fait. Difficile d'avaler douze heures de car compressé comme un sardine à l'huile pour se retrouver en terre connue. On comprendra aisément que le moral des troupes n'était pas au beau fixe. Les promesses des commerçants étaient difficiles à croire. Pourtant samedi et dimanche furent des journées d'été brûlantes à souhait. Le festival VTT a battu son plein d'évènements en tout genre. Promos marketings des grandes marques, démos de champions têtes brûlées avec cascades en tout genre, diverses hôtesses sur plusieurs stands étaient là pour rappeler qu'on est dans le monde du plaisir dopaminé. Un photo de l'Unk encadré de deux danseuses ventrues vous le prouvera. J'ai eu l'occasion de croiser quelques champions de Freddy Loix que tout le monde connait pour ses performances en rallye automobile et d'autres KINGS de la descente en montagne. Ils sont tous d'une aimabilité incroyable ... et il est parfois difficile d'imaginer les casses-cous qu'ils sont sur la piste.

L'imagination des constructeurs de vélos est incroyable. Des recherches en design aux trucs techniques, les innovations sur les vélos de montagne sont ahurrissantes. La créativité fourmille de milles idées mises au service d'esthétiques fabuleuses. Difficile d'en dire plus en quelques lignes, mais vous saurez donc que l'enfoiré qui vous raconte tout cela s'est bien amusé. Certains belges descendus jusque là avec nous ont avalé plus de 250 kilomètres d'obstacles en tout genre en moins de trois jours. Chapeau bas !!! Les gués explosaient forçant les plus petits à rouler avec de l'eau jusqu'au bassin sur plusieurs dizaines de mètres. Les montées et portages de vélos furent aussi très physiques. Beaucoup de casse de matériel mais du plaisir pour la grande majorité des participants.

Pour une première expérience, ce fut donc assez concluant ... à quand et où mon prochain raid? Bientôt sûrement !!!

vendredi, octobre 11, 2002

Une maison est à vendre ! ... une villa, que dis-je !

Sous ce lien, vous trouverez toutes les informations et les photos à propos d'une villa située à 40 minutes (en voiture) de la capitale de la République Dominicaine et à 100 mètres de la plage. Vous voyez tout de suite le style : paradisiaque, tout ce qu'il faut pour votre zodiaque.

Si vous êtes intéressés, les coordonnées de contact sont sur le site. Si vous connaissez des gens susceptibles d'être intéressés, ce serait sympa de leur faire savoir en faisant suivre tout simplement. Si vous trouvez ça obscène, vous supprimez massivement.

Merci et à bientôt

De l’ami

« J’ai toujours auprès de moi une présence importune », pense le solitaire. « toujours une fois un, cela finit par faire deux, à la longue. Je et moi sont engagés dans un dialogue trop véhément . Comment serait-il supportable s’il n’y avait pas l’ami ? »

Pour le solitaire, l’ami est toujours un tiers ; le tiers est le flotteur qui empêche le dialogue de sombrer aux abîmes.
Hélas ! il y a toujours trop d’abîmes pour tous les solitaires c’est pourquoi ils ont une telle soif de l’ami et de son altitude.
Notre foi en autrui trahit ce que nous voudrions pouvoir croire de nous-mêmes. Le désir que nous avons d’avoir un ami nous trahit.
Et souvent l’amour ne sert qu’à surmonter l’envie. Et souvent l’on attaque et on ne se fait un ennemi que pour cacher que l’on est vulnérable !
Sois à tout le moins mon ennemi ! – ainsi parle le véritable respect qui n’ose solliciter l’amitié.
Si l’on veut avoir un ami, il faut vouloir aussi se battre pour cet ami ; et pour se battre il faut pouvoir être ennemi.
Il faut honorer dans son ami l’ennemi même.
Peux-tu venir tout près de ton ami sans passer dans son camp ?
Il faut avoir en son ami son meilleur ennemi. C’est en lui résistant que tu seras le plus près de son cœur. Tu ne veux porter aucun voile pour ton ami ? Tu penses faire honneur à ton ami en te montrant à lui tel que tu es ? Mais pour t’en remercier, il t’envoie au diable.
Celui qui ne dissimule rien de soi excite notre indignation ; voilà pourquoi il faut tant craindre la nudité. Si vous étiez des dieux, bien sûr, c’est de vos vêtements que vous auriez honte.
Tu ne saurais assez te parer pour ton ami, car tu dois être pour la flèche du désir élancé vers le Surhumain.
As-tu déjà vu dormir ton ami, afin de le connaître tel qu’il est ? Quel est donc le visage coutumier de ton ami ? C’est ton propre visage, vu dans un miroir grossier et imparfait.
As-tu déjà vu dormir ton ami ? N’as-tu pas eu peur en le voyant tel qu’il est ? Ô mon ami, l’Homme est ce qui doit être dépassé.
Il faut que l’ami soit passé maître dans l’art de deviner et de se taire ; garde-toi de vouloir tout voir. Que ton rêve te révèle ce que fait ton ami qui veille.
Que ta pitié soit divinatrice ; sache d’abord si ton ami souhaite ta pitié. Peut-être aime-t-il en toi l’œil impassible et le regard de l’éternité.
Que ta pitié pour ton ami se dissimule sous une écorce rude ; cass-toi une dent sur cette pitié ; elle aura alors finesse et douceur.
Es-tu pour ton ami air pur et solitude, et pain et remède salutaire ? Plus d’un qui ne peut briser ses propres chaînes a su pourtant en libérer son ami.
Es-tu esclave ? Tu ne pourras être ami. Es-tu tyran ? Tu ne pourras avoir d’amis.

[…]

Ainsi parlait Zarathoustra.

F. Nietzsche.

mercredi, octobre 09, 2002

Un peu de la vie des dieux

Héphaïstos, dieu des Forges, laid et infirme, fut trahi par son épouse Aphrodite, qui lui préféra Arès, le dieu de la Guerre. Héphaïstos surprit les amants et les enchaîna par des liens invisibles mais inextricables, afin d'exposer leur faute aux dieux rieurs de l'Olympe.

Et vous me demanderez très justement pourquoi il alla se choisir Aphrodite mais ça l'histoire ne le dit pas ... ou alors c'est bien là qu'est toute l'Histoire et ses liants guerriers inaltérables.

A bon entendement, point de multiples et ennuyeuses vertus.
Un bien le bonjour chez vous, de chez vous.

Moby BLIPS
Ce sacré Moby passe en concert Jeudi 11 oct à Forest National. Bon OK, c'est sold out ! Et tout le monde s'en fout. L'important est de savoir que l'ami Moby a fait des animations Flash qu'il poste chaque jour de la tournée depuis sa chambre d'hotel. Voilà pour le mythe. Pour le reste un coup d'oeil en ligne pour apprécier ses snapshots loopés sur ses propres samples.

Quand la virtualité dépasse l'affliction

Monsieur Ducobu n'est plus. Enfin le vrai, en chair, cher à notre voisine de blog, a tiré sa dernière révérence à 86 piges. Le monsieur virtuel tenu par sa voisine de bloc continue ses aventures cahin-cahas. Turpitudes des spectacles bruxellois, avatars des soirées branchées bohèmes, vernissages cra-cra de galleries chics, sélection ad hoc pour remplir votre agenda de bobo. Comme le faisait remarquer la voisine, quel effet ca peut lui faire de continuer à dé-blog-er sur le web. Ze Chaud Muste Go On. Seins serrent condoléances.

mardi, octobre 08, 2002

Old F***** Stories
Unk vous a posté quelques chroniques sur son blog à bla bla. Vous ne me croyez pas? Cliquetez une fois ici.
Merci pour lui et tant pis pour vous.

COORENS

Notre ami peintre CoCo & C° activisite nocturne hystérique célèbre pour ses interventions live en crema et ses happenings goldomiesque, a désormais son site web en ligne. Vous y trouverez sa dernière expo "Pucelles de Bruxelles" et d'autres informations sur le lascar.

ROC AZUR 2002

L'enfoiré d'Unk_LeSlam participe au plus grand rassemblement VTT du moonnttt" dans le sud de la France, le roc Azur. Evidemment je ne fais pas de compétition, de raid ou autres escapades vélocipédiques. Qui croirait mes mi-mollets cuits à point prêts à faire trempette de maillots mouillettes? Personne. Je le savais. Donc je me tiendrai quoi, ici et là, sur le bord de la piste. Je vous ramènerai quelques photos, histoire de montrer l'ambiance.

No panic si les colonnes du site restent vides jusque la semaine prochaine.

Un coup de pédale, hop changez de plateau !!!

lundi, octobre 07, 2002

La seconde chanson à danser, 3

Un !
Humain, écoute !
Deux !
Que dit Minuit de sa voix grave ?
Trois !
« J’étais plongé dans le sommeil ;
Quatre !
J’émergeai d’un rêve profond : -
Cinq !
L’univers est profond, profond,
Six !
Plus que le Jour ne l’imagine.
Sept !
Profonde, certes, est sa douleur –
Huit !
Mais plus profonde encore sa joie.
Neuf !
La douleur dit : « Passe et péris !»
Dix !
Mais la joie veut l’éternité !
Onze !
- veut la profonde éternité ! »
Douze !


F. Nietzsche, Ainsi parlait Zarathoustra

Carte Postale


Il fallait bien un cocker à cette soirée. Battant la pierre, de flap en flap, à ras de terre, sa fête à lui, horizontale, fuinant la bouffe et les odeurs des herbes qui prennent d'assaut la belle ruelle, la citadelle. Il fait bon vivre et son humeur s'est déposée sur un 31 pieds, sans nez, sans doigt tourné vers les ennuis, coups de bars en soi et rempli de quant à soi, délimités d'amour impropre, grand destructeur des joies paisibles des lendemains chantés par des oiseaux heureux de s'être ouverts à la musique et font soleil. Il est de bon ton d'en arriver à se faire tout petit, semi courbé.

Il y arrive et son âme mise en veilleuse est celle qui est certaine des événements qui vont se poursuivre, déçue par toutes les impatiences, toujours en retard de deux secondes, heure atomique. Par dispersion, avide de tous les risques, elle véhicule rapide bien aux aguets des collisions, des chocs rencontrés à trop se perdre de loin au loin dans des rigoles on tombe on glisse pour s'y lasser et s'en dormir, longtemps et sans souvenirs.

Arrivée en deux temps et dans le mouvement des sans essence, dans l'air du temps et l'erre des mots qui parlent d'eux mêmes et se laissent taire. Ils se laissent faire et passent, trépassent, d'oreilles en oreilles. S'évanouissent, s'épanouissent en chair de mots et forment des chaînes en trèfle suspendu au-dessus de la tête des convives assises à demi-mots, buvant des rangées de demi-pots.

Tout le monde est là ou presque. La petite rue fleure bon le temps qui passe celui qui frôle le trefle et le frémit d'une onde qui passe et alanguit le petit peuple de gens, tous ébahis.

Pavée, la rue qui monte où des joueurs raquettent ensemble et dans la pente, premiers souvenirs de la longue vie, remparts humains devant les tables, devant des ruches de regards tous fous, tout feu sur lui, il passe, traverse la haie touffue, la galerie des mines et qui l'observent, bien entendu.


Un tremblement ou une colère, qui sait si lui-même s'en doute ; l'heure est déjà à s'ouvenir d'un temps qui fut, qui fut jadis, comme un bloque de futur qui viendrait d'atterrir, à l'insu de tous, insidieusement et pas sans force. Sous les pavés de cette plage, chante Gaïa écoutons-là, d'une voix d'un œil.


Docker,


A suivre …

RIEN NE VAUT LA VIE

La vie ne vaut rien, rien, rien, la vie ne vaut rien
Mais moi quand je tiens, tiens,
Là dans mes mains éblouies,
Les deux jolis petits seins de mon amie,
Là je dis rien, rien, rien, rien ne vaut la vie,

Souchon

QUEENS OF THE STONE AGE : Songs for the deaf

Les reines de l'âge de pierre vous proposent un rock jouissif à loisir. Simple, énergique, brutal et puissant, le fond mélodique est assez subtilement contrasté par les rythmiques acérées d'un Dave Grohl charismatique à souhait. Formé sur les cendres de plusieurs méga-groupes comme Kyuss, SoundGarden, ... et ex-Nirvana/Foo Fighters (toujours vivants), ils apportent une créativité simplissime qui redonne enfin du contraste et du lustre à tous ces groupes néo-pro qui jouent sans beaucoup plus moins assez d'émotion sur MTV. Des gars qui ne se posent pas trop de questions, qui prennent leur pied et nous le rende bien, uppercut du droit dans la machoire, thank's god it's friday.

Demandez donc à mes voisins ce qu'ils en pensent. Surtout mes freaks teknoides polaks qui me lèvent les dimanches matin à coups d'infra-basses pulsées à 220 bpm ... j'ai enfin des missiles mur-mur pour contre-carrer leur invasion de l'aurore. C'est l'escalade, la guerre du son, aucun inspecteur n'aura à visiter le camp adverse, trop tard j'ai déjà appuyé sur le bouton PLAY de ma chaine stéréo.

RAAAAAAAAAAHHHHHHH, ca hurle des watts et des charlies dans les tréfonds de mes enceintes. C'est pas Mark Isaïye avec ses 40 years of KlassiKs, qui rêve d'avoir vécu la vie de Charlie Watts, qui me contredira, ... rock on baby rock oooooonnnn.

Toujours bien le bonjour chez Music Room

SEA CHANGE : petite merveille de BECK : le homard dans l'eau

Beck aurait écrit la plupart de ses chansons en deux jours à peine, il y a deux ans et demi environ. Une période qui correspond à sa rupture avec sa fiancée styliste, après neuf ans passés ensemble. Juste avant l'orage, il confiait au Los Angeles Times que son travail menaçait sa relation. «Je me sens comme un homard dans l'eau : si vous chauffez graduellement, vous ne vous rendez pas compte que d'un coup ça bout.» Aujourd'hui, il fait silence sur sa vie privée. Mais les familiers du musicien bouillonnant débinent la fiancée infidèle, qui, après s'être fait prendre la main dans le sac, a engagé une batterie d'avocats pour exiger des indemnités. En lui décernant 5 étoiles (une rareté) Rolling Stone compare Sea Change au Dylan de 1975 sur son mariage, Blood on the tracks. «C'est un album polarisé sur la perte, la confusion, la trahison», concède Beck, en baissant le ton, qu'il a déjà grave. «On peut l'entendre d'après ses propres pertes.» Détail réconfortant : la chanson de Sea Change écrite cette année, le tonique Sunday Sun, évoque la résurrection.


Grâce à la traduction de Google voici un compte rendu surex :

Changement De Bac de teinture-Mer
1. L'Âge D'or
2. Tigre De papier
3. Conjecture Je Suis Doin 'Fin
4. Larmes Seules
5. Cause Perdue
6. Rien Que Je N'ai pas vu
7. Tous Dans Votre Esprit
8. Autour De la Courbure
9. Déjà Complètement
10. Le Soleil De Dimanche
11. Le Petit
12. Côté De la Route

Bien le bonjour à votre disquaire favorit.

MAUVAIS SANG

J'ai de mes ancêtres gaulois l'œil bleu blanc, la cervelle étroite, et la maladresse dans la lutte. Je trouve mon habillement aussi barbare que le leur. Mais je ne beurre pas ma chevelure.

Les Gaulois étaient les écorcheurs de bêtes, les brûleurs d'herbes les plus ineptes de leur temps.

D'eux, j'ai : l'idolâtrie et l'amour du sacrilège; -oh ! tous les vices, colère, luxure, - magnifique, la luxure; -surtout mensonge et paresse.

J'ai horreur de tous les métiers. Maîtres et ouvriers, tous paysans, ignobles. La main à plume vaut la main à charrue. -Quel siècle à mains !-Je n'aurai jamais ma main. Après, la domesticité mène trop loin. L'honnêteté de la mendicité me navre. Les criminels dégoûtent comme des châtrés : moi, je suis intact, et ça m'est égal.

Mais ! qui a fait ma langue perfide tellement, qu'elle ait guidé et sauvegardé jusqu'ici ma paresse ? Sans me servir pour rien même de mon corps, et plus oisif que le crapaud, j'ai vécu partout. Pas une famille d'Europe que je ne connaisse. -J'entends des familles comme la mienne, qui tiennent tout de la déclaration des Droits de l'Homme. - J'ai connu chaque fils de famille !

Rimbaud

vendredi, octobre 04, 2002

RESTER RAIDE

Une société dé pompé funébré comme la-bas n'attends pas que la chaleur des braises de la fournaise d'une bonne crema pour attirer le chaland. Dans la grande tradition des calendriers de routiers, dans le fond les caisses sont des caisses, en métal brossé ou sapin, pourquoi ne pas continuer acquoquiner des belles taillées dans l'ébène avec les boites tant convoitées. Du meilleur goût.

Jetez un oeil sur la dernière section "Cofani funebri e fascino" ou sur leur superbe calendrier.

POUET POUET

"La poésie", dit Cocteau, "ne peut pas plus se définir que l'électricité. La secousse qu'elle me donne n'a rien à faire avec la beauté ou la laideur de l'appareil qui me la transmet."

L'effet poétique s'use. La poésie doit évoluer, se renouveler en permanence pour rester poésie. Philippe Caquant

Un petit article qui s'évertue à hiérarchiser les petits pouet-pouets des grands Je-nie (le droit aux autres). Personnellement, le genre de truc qui me fatigue d'avance, on dirait que les gens ont toujours besoin de se rassurer sur leur bon goût en établissant une petite terreur (t'erreur) intellectuelle sur des choses qui relèvent de l'affect (l'infect ou l'infection). Comment composer sa famille et le reste les mettre dans des asiles (exiles). Comme toujours, il y a quelque propos intéressants, le reste balivernes fatiguées. Passe à l'action plutôt que de rêver à ton monde idéal petit dicteur (dictateur).

« L’art n’est pas le chaos, mais une composition du chaos qui donne la vision ou la sensation, si bien qu’il constitue un chaos-mos, un chaos composé. » (Deleuze et Guattari)

mercredi, octobre 02, 2002

Affinités atemporelles.
" 16 août 1953

Si l'on considère le poème, comme toute oeuvre, non comme un produit à consommer, mais comme une lecture, c'est-à-dire un acte (le travail de l'auteur n'étant que la préparation de cette lecture pour un lecteur), le problème entre autres du "sujet" s'éclaire.

Lire un poème est une cérémonie. Cela ne consiste pas seulement en une appréciation ("jugement esthétique"). Un poème qui commence par : "Ô Mort ...", cela suffit pour tourner l'esprit du lecteur bienveillant dans un certain sens ; à lui donner une attitude, comme il est des attitudes du corps (convenues ou naturelles, on a pas à s'en soucier ; ce doit être un faux problème). Imédiatement - en général dès le premier vers - le lecteur sait de quoi il s'agit.

(Quand je cite pour exemple le début : "ö Mort " ..., ce n'est pas tellement à cause du mot "Mort", qui est déjà une variation, que plutôt à cause de l'interjection : "Ô". Elle suffit à définir l'attitude clef du poème ; le mot "Mort" définirait plutôt si j'ose dire l'attitude serrure. Le oh! est moins explicite. Il faut attendre : oh! combien de ...)

Dans "oh combien de marins ...", il faut tenir compte aussi d'une noblesse de ton proprement littéraire. Le lecteur est informé d'un coup du "sujet" et du caractère sérieux dans lequel il va être traité. L'attitude définie dans ce poème en face de l'océan est une attitude populaire, mais ce n'est pas n'importe qui qui va parler dans cette attitude. Nous autres modernes commencerions plutôt la chose par : " Si c'est pas malheureux quand on pense ..." mais ça nous passera."

Roland Dubillard, Carnets en Marge.

Et quant à MistaMong, de ces temps-ci, il fait bien plus Dong qu'autre chose : "Dites dong là-bas, c'est pas vous qu'avez un rhum sur la poitrine ?"

Petit tuyau ciné. Si votre âme d'enfant n'attend qu'à être réveillée et rassasiée de par là même, courrez voir "Le voyage de Chihiro" et ding dong nouvelles à moi, vous ne pourriez être déçu.

extrait du site : Il y aurait encore à fouiller dans le Voyage de Chihiro tant il recelle de trésors enfouis à l'instar de ces décors riches et somptueux où la palette graphique de l'artiste jointe à celle de l'ordinateur fournit une image des plus splendides, d'une extraordinaire corporéité, loin de la pauvreté de celle que l'on peut voir aujourd'hui dans l'animation commerciale. On se croirait revenu à la grande époque de la Toei Animation où valeurs et qualité graphique faisaient excellent ménage. Les studios Ghibli ressuscitent cet âge d'or, y incorporent un peu d'inspiration, une grande dose de talent pour peindre une des fresques les plus abouties du cinéma d'animation japonais.

JUST CALL ME TUROK

Une anglaise vient de changer de dénomination, jusque là rien de très extraordinaire. Mais quand on connait sa motivation, on se demande où elle va. Elle vient de prendre le nom d'une marque commerciale. Il s'agit du nom d'une héroïne d'une console de jeu Xbox - Microsoft. La société lui offrait 500 livres + tous les jeux TUROK gratuitement dans l'échange. La folle vient d'entrer en esclavage marketing gratuitement mais tout à fait légalement puisque son changement d'identité a été validé par la justice anglaise. Maintenant quand le jeu sera passé de mode, ou s'il fait un bide que deviendra madame Turok.

Bien le bonjour de Lara Croft.

mardi, octobre 01, 2002

MAIS QUE FAIT DONG MISTA MONG?

On est en droit de se demander ce que peut bien faire MistaMong, absent de cette cinquième colonne, alors que son temps, paradoxalement, n'a jamais été aussi libre à organiser. Si quelqu'un l'a vu, peut-il nous donner de ses nouvelles? Est-il parti à l'étranger? S'est-il engagé à la légion étrangère? Où bien participe-t'il à VISA POUR LE MONDE avec son documentaire MISTA MONG KING OF DA MONG'OL? Roule-t'il à vélo toute la sainte journée? Serait-il devenu coursier express à New-York? Conspire-t'il encore un projet alter-mondialisation de la circulation rêvant d'une ville entièrement dédiée au vélo? Le premier jour on plastiquera toutes les stations essences tel Saddam quittant Ko_8 avec ses colonnes de feu, le deuxième jour on kidnappera tous les garagistes pour un petit nettoyage technique (terme inventé après celui de Milosevitch qui parlait de nettoyage ethnique), du troisième au sixième jour on fabrique encore le programme, et tous cas le septième on se reposera en roue libre. Une histoire de vélo sans les mains, comme l'ami Jeff Bodart aimait tant à chantonner de son air de fausset.

Mais ke fé dong mista mong?


Powered by Blogger

Lafraise.com, éditeur de bien jolis T-shirts.