dingo!

mardi, décembre 31, 2002

Le Saint-Empire enfin réssuscité?

Le Saint Empire remonte à la nuit étoilée du sacre de l'Occident. Le 2 février 962, Othon est couronné empereur à Rome. L'empereur règne sur un ensemble de royaumes qui ont pour raison d'être la même foi catholique et la même volonté à lutter pour elle. Le Saint Empire est la continuation avec d'autres moyens de l'Empire romain revu et corrigé par la tradition germanique d'élection du chef. Dante, au début du XIVe siècle, définit le Saint Empire comme le régime qui sépare le spirituel, domaine du pape, du temporel dévolu à l'empereur. A l'empereur le pouvoir, au pape l'autorité.

Aujourd'hui, le monde a retrouvé son unité comme au Moyen Age. Les différents Etats se retrouvent dans une sorte de confédération floue dont le porte-drapeau sont les Etats-Unis. A son niveau le plus élevé en terme de puissance, elle se matérialise par le G8, réunion autour de l'«empereur» des différents souverains les plus riches du monde. Mais, que vient faire le Saint Empire dans ce qui s'apparente à un club très sélectif ?

Aaaaah les vieux dictateurs

La jeunesse ne respecte jamais rien ... même pas la mémoire des vieux dictateurs.



Marcos, ancien dictateur philippin dont la charmante épouse était dingue de chaussures, rappellez-vous sa collection de milliers de paires, a donc été dynamité par des jeunesses d'extrême gauche, enfin ce qu'en dit la version officielle. Créée en 1980, en plein gloire du potentat, ce dernier lui fut renversé déjà en 1986. Il y a peut-être une signification symbolique sur le regard intérieur ... conseillé par le bon monsieur ducobu, le vieux déchû fait une mutation ... et sa statue s'en ressent.

Vive la jeunesse ... et merci au passage à monsieur ducobu :op

Les top 2002 de Yahoo

Voilà que l'annuaire le plus célèbre du web, et certainement un des plus visité, nous sort son classement des mots les plus demandés. PlayStation devance Britney Spears qui elle même vole la vedette à Dragon Ball Z. Vous l'auriez cru? En musique le résultat est affligeant mais il revèle des choses intéressantes ... avec 1. Britney Spears 2 Eminem 3 Nelly 4 Shakira 5 Ja Rule 6 Linkin Park 7 Avril Lavigne 8 Ashanti 9 Tupac Shakur 10 Christina Aguilera. Vous voyez que c'est intéressant.


Dernier jour pour 2002

L'heure est aux bilans en tous genres, du noir du noir encore du noir, à en croire les médias tout va mal et les chenillettes qui secouent les déserts vont faire parler leurs canons d'ici peu. Quand une menace est centrée dans l'objectif, une autre apparait déjà en filigrane. Misère tiii, y'en a qui ne vont pas manquer de boulot dans ce stratego "risk" grandeur nature. Ceux qui ont reçu leur budget doivent bien le dépenser, et les autres trouver des prétextes pour provoquer les feux d'artifices. Pisssshuuoouwww, baaaaam, piiiing, baoum, plouf ... touché dans l'eau. Une bonne guerre et l'économie repart, c'est comme cela depuis toujours clament (clapsent) les plus vieux. Cela serait bien de comprendre un jour l'équation. Quoi que cela n'empêchera pas les autres d'aller se battre sans loi au nom de leur foi comme les caids de la cour de récré. Sauf qu'ici tarre ta gueule à la récré, ils ne sont pas là pour rigoler, seulement avec la mort.

Ici chez mongoslam, point de triste mine et de sinitrose: de l'optimisme envers et contre tous ces affreux. D'or zé déjà nos meilleurs voeux pour 2003 !!! La vie à pleines dents, elle peut-être belle si on le veut, je vous la souhaite remplie de petits bonheurs.


Argent, trop cher
Une chose est certaine, nous sommes tous passé à l'euro, sonnant et trébuchant. Même si pour nos achats nous pensons encore en bef, cela ne veut pas dire que nous n'ayons pas accepté l'euro. Il faudra sans doute beaucoup de temps pour l'intégrer complètement. Un article sur libé, nous explique le pourquoi du comment avec des références historiques, de monnaies supprimées au début du siécle passé et qui ont été utilisées jusque dans les années 70 (la guinnée anglaise, le sou français). On comptera certainement encore en bef toute notre génération de trentenaire soit encore pendant 30 ou 40 ans.

Prenez un enfant
et faites-en un roi
Couvre-le d'or et de diamants
Cachez-vous en attendant
Vous n'attendrez pas longtemps
Les vautours tournent autour
de l'enfant

Le blé a les dents acérées
Et les hyènes vont le dévorer
Le môme deviendra banquier
Ou le môme sera lessivé, lessivé

Je dis, argent, trop cher,
trop grand
La vie n'a pas de prix

Prends ton meilleur ami,
fais-en un ennemi
Je t'achète et je te vends
Vautré dans le coma
du commun des mortels
Mon pote, t'es comme un rat,
t'es commun, c'est mortel
Les vautours tournent autour
toujours

Criez NON à l'esclavage
Et payez-leurs
de nouvelles cages
Faites installer des pièges
Là où commence la rage,
La rage
Je dis argent trop cher,
Trop grand
La vie n'a pas de prix

Un compte bloqué,
L'autre a découvert
Maintenant: banques !

Les vautours tournent autour
de nous maintenant

Tu en as, tu n'en n'as pas
Tu n'as pas vraiment le choix
Un mur de briques devant toi
Il est temps, dépense-toi,
Dépenses-toi

Je dis, argent, trop cher
trop grand
La vie n'as pas de prix


Téléphone

A part cela, vous avez passé une bonne année 2002? Non? C'est que vous n'êtes pas venu assez souvent sur nos colonnes. :op Vous connaissez le refrain, hop hop hop, un petit coup sur mongoslam et après la décharge d'adrénaline, le moral remonte.

lundi, décembre 30, 2002



Moi sado-maso, jamais !

Ca ne faisait pas un joli bruit sec, alors elle a continué à taper sur ses cuisses jusqu'à ce que ses mains produisent le son qu'elle attendait. Elle a fait ça avec une telle violence. Je me suis demandé à cet instant si elle aimait toujours la violence. Les fessées par exemple. Une fille qui est capable de se frapper les cuisses aussi fort à multiples reprises doit forcément apprécier si c'est quelqu'un d'autre qui s'occupe d'elle. Je m'imagine bien, moi, la chopper et lui faire de jolies marques rouges sur ses fesses musclées. L'idée de la dominer m'a effleuré le clito (oups !), l'esprit. Le fait qu'elle soit si dominatrice dans son comportement m'a donné envie de la dominer à mon tour. Moi sado-maso, jamais ! Bon, c'est un peu trop psy mon histoire, non ?

Le dominant dominé, la gitane soumise. Enfin il faut que j'arrête les fantasmes tordus, je crois. En fait, c'est bizarre, mais il n'y a plus que ça qui marche. Les trucs banals, c'est de la rigolade, ça me laisse complètement indifférente. Le cul, pour moi, c'est tellement naturel, comme manger, boire et dormir, que pour entrer dans le domaine du fantasme et pour m'exciter, j'ai besoin de situations très spéciales, de petites choses bien cochonnes et bien salaces. Non, faut pas que je dise ça, sinon, tous les mecs vont me fuir, je leur fais déjà assez peur comme ça.

Oui, oui, je fais peur aux hommes. Ils ont l'impression que je suis une vaginale insatiable qui a besoin qu'on la besogne pendant des heures sans arrêt. Non ! Je suis clitoridienne et j'aime la douceur. C'est dans la tête que j'aime les choses perverses mais dans l'acte proprement dit je suis très traditionnelle. Je dois être plus sélective, voilà tout. Mais je ne veux pas qu'on pense que je suis comme dans mes films ; c'est un jeu de scène ; c'est de la comédie. Je m'éclate parfois, mais en vrai je ne fais pas autant de cinéma, d'accord ? Peut-être que je devrais mettre au courant mon amant avant. Ca risque de l'intimider. Oh, j'en sais rien après tout. Tiens, c'est la sortie du Beaujolais, je vais voir s'il a un goût de banane, de vieux liège pourri ou d'arbre malade. Bisous et beau jolais nouveau.

Dolly Golden, vedette du X, sur son Blog dans TechniKart

Love on the beat

Love on the beat
Love on the beat
Love on the beat

D'abord je veux avec ma langue
Natale deviner tes pensées
Mais toi déjà tu tangues
Aux flux et reflux des marées

Love on the beat
Love on the beat

Je pense à toi en tant que cible
Ma belle enfant écartelée
Là j'ai touché le point sensible
Attends je vais m'y attarder

Love on the beat
Love on the beat

Il est temps de passer aux choses
Sérieuses ma poupée jolie
Tu as envie d'une overdose
De baise voilà je m'introduis

Love on the beat
Love on the beat

J'aime assez tes miaous miaous
Griffes dehors moi dents dedans
Ta nuque voir de ton joli coup
Comme un rubis perler de sang

Love on the beat
Love on the beat

Plus tu cries plus profond j'irai
Dans tes sables émouvants sables
Où m'enlisant je te dirai
Les mots les plus abominables

Love on the beat
Love on the beat

Brûlants sont tous tes orifices
Des trois que les dieux t'ont donnés
Je décide de m'introduire dans le moins lisse
D'achever de m'abandonner

Love on the beat
Love on the beat

Une décharge de six mille volts
Vient de gicler de mon pylône
Et nos reins alors se révoltent
D'un coup d'épilepsie synchrone

Love on the beat
Love on the beat

Serge Gainsbourg

jeudi, décembre 26, 2002

MEILLEURS VOEUX

Mongoslam vous souhaite ses meilleurs voeux pour les fiestas de cette fin d'année. Où que vous les passiez, de la joie et du bonheur.

Dors et déjà tout le reste pour 2003, la baraka, la santé, l'amour, l'argent, dynasty, gloire, beauté, dallas, staracademy, la baize, la joie, les fêtes, les soirées devant la télé, les aventures, le sport, l'amitié, les enfants, ... la vie et ses plus beaux éclats.

lundi, décembre 23, 2002

Placebo pour fin mars 2003
Le quatrième album se verra précédé d'un single intitulé Bitter End le 11 mars

Common people like Pulp
C'est la fin de l'aventure ... sans doute un best of pourrave dans les mois à venir :op Richard Hawley toujours en solo : le guitariste de scène de Pulp voyage en solitaire. Ce début d'année 2003 verra le lascar publier son troisième album solo. Intitulé Lowedges, il fait suite au très beau Late Night Final de 2001.

Un Antipop Consortium se lance en solo
Premier album solo pour Beans. L'ex-membre du trio hip-hop Antipop Consortium tente l'aventure en solitaire avec un album à paraître le 10 mars. Intitulé Tomorrow Right Now, il est précédé d'un single déjà dans les bacs intitulé Phreek The Beet.

Le nouveau single de Nick Cave en écoute sur le Net
Nouveau site et nouvel album pour Nickky_Cavey : Nocturama (sortie le 3 fevrier). Le nouveau single Bring it On peut y être écouté en intégralité.

Joe Strummer est mort

Le vieux punk s'en allé à 50 ans ce dimanche 22 décembre sans en connaitre plus sur l'origine du décès. Il est allé retrouver Monsieur Ducobu, histoire de lui tailler une crête pour la veillée de Noel. Soyons prêt à parier qu'une compile best of du meilleur du vivant du lascar ne sorte rapidement. La maison de disque doit regretter cyniquement que la nouvelle ne soit pas arrivée plus tôt, histoire d'avoir pu sortir la compile juste pour les fêtes.

Je rends quand même un hommage à un héros de ma jeunesse avec l'album "London Calling" qui reste toujours un must. Dont acte !

vendredi, décembre 20, 2002

Nouveaux projets pour Manhattan

Ami de l'architecture, 7 bureaux se sont penchés sur la reconstruction de ground zero.
Deux sites proposent toutes les informations disponibles (plans, commentaires, ...). Ils vont récupérer les avis des new-yorkais : serait-ce un exemple pour la promotion des appels d'offres publics sous notre lattitude ;o)





















Transparent



Cathédrale



Siamoises



Solidaires



Vert



Tubulaire



Aérien
   








Bashung : Faites Monter
Le dernier clip du maître est visible en ligne.

Vidéo : Faites monter


> Haut-débit   
> Bas-débit


Lire l'article sur les inrocks

Vincent Delerm sur les inrocks.com
Un long entretien publié sur les colonnes des inrocks, nous montre un chanteur surpris par son succès, mais posant ses pieds sur terre. Il fait le poing sur toute une série de choses qui lui ont été dites, sur la difficulté de faire ce genre de chansons à notre époque, de jouer sur les mots et les ambiances alors que la tendance est aux chants gutturaux, que la presse féminine hexagonale en a fait l'un de ses chou-chous du moment, ...

Les chinois

Ami du Flash Splash, voici un petit peu de plaisir avec des gens bien (de chez nous). Les Chinois est une agence interactive. Vous aurez une idée de ce qui va arriver sur le web, pour certains types de sites utilisant de la vidéo.


jeudi, décembre 19, 2002

Coup de tuyau

La STIB offre le transport pour la nouvelle année

BRUXELLES 19/12 (BELGA)

La STIB, le service public de transport bruxellois, offre une nouvelle fois le transport gratuit des fêtards de l'an neuf, durant la nuit du réveillon, de minuit trente à 06H00, selon un communiqué de la STIB.

Une cinquantaine de conducteurs volontaires se mettront sur leur "31" pour la mise en oeuvre de 19 lignes (17 lignes d'autobus et 2 lignes de tram) afin de desservir au mieux l'ensemble de la Région de Bruxelles-Capitale. Les horaires sont établis de manière telle que beaucoup de quartiers bénéficieront d'un passage toutes les 30 minutes.

Le métro assurera, quant à lui, le retour après le feu d'artifice tiré au Mont des Arts. (Dernier passage à Arts-Loi à 1 heure dans toutes les
directions).


Lignes de bus gare centrale et centre-ville :

  • N01: Machtens - Stockel
  • N02: Erasme - UCL
  • N03: Heysel - Transvaal
  • N04: Heysel - Stockel
  • N05: AZ-VUB - Delta
  • N06: Hunderenveld - Vivier d'Oie
  • N07: Berchem (B) - Cimetière de Bruxelles
  • N08: Berchem (B) - Maes
  • N09: Val Maria - Moortebeek
  • N11: Stade Fallon - De Brouckère
  • N12: Hof ten Berg - De Brouckère;
  • N16: Heiligenborre - De Brouckère
  • N17: Archiducs - De Brouckère.


Les lignes des boulevards du centre :


  • N13: de Cortenbach - Homborch
  • N14: Esplanade - P Stalle
  • N15: Schaerbeek (B) - Uccle Stalle (B)


Grande ceinture:

  • N99: Verboekhoven - Verboekhoven.


Axe Royale/Régence :


  • Tram N92: Fort-Jaco - Sainte-Marie
  • Tram N94: Wiener - Sainte-Marie.

Informations : Tél.: 02/515.2000 ou www.stib.be

Le cabaret mystique

Acte un : Tous les mercredis, vers 18 heures, le Saint Fiacre, un café parisien du vingtième arrondissement, cesse d'être le tranquille bistrot de quartier qu'il est tous les autres jours de la semaine. Installé derrière l'une des tables recouverte pour l'occasion d'une nappe pourpre, Alejandro Jodorowsky donne des consultations gratuites de tarot. Ce ne sont pas des consultations divinatoires ou annonciatrices du futur. Plutot tournées sur le passé, la famille et le profil de la personne qui vient consulter. Les convaincus et les curieux font cercle autour de la table, les premiers pour consulter le "mage", les seconds pour assister au spectacle. C'est ce que Jodorowsky appelle très justement son "Cabaret mystique". Les clients étalent les tarots sur la table et prélèvent trois cartes dans le jeu. Entre chaque consultation, Jodorowsky boit un peu de thé avant de retourner, en souriant, les trois cartes puis de prendre la parole avec ce délicieux accent chilien pour proposer ses actes psychomagiques, actions aux allures surréalistes qui ont pour but de déclencher un changement dans l'inconscient des consultants.

Acte deux : la conférence. 20 heures, au dernier étage de la salle de sport qui jouxte le Saint Fiacre, les 200 personnes présentes -les mêmes, auxquelles sont venus s'ajouter d'autres convaincus et d'autres curieux- se déchaussent pour ne pas abîmer le tatami. La dimension carnavalesque de l'enseignement de Jodorowsky doit beaucoup à la façon dont il est dispensé. Commentaire d'écritures, il singe dans sa forme les enseignements religieux traditionnels mais les textes que commente Jodorowsky n'ont rien de sacré puisque ce sont des recueils... d'histoires drôles bon marché. En rebondissant sur les contradictions que pointent ces histoires, en les rapportant à des situations que ses clients lui exposent au cours de ses consultations, il improvise pendant près d'une heure et demie une conférence en forme de one man show. Traité de façon "surréaliste", drôle et souvent juste, le thème plutôt austère de la soirée : la perfection et l'excellence, débouche sur l'énoncé de principes moraux "libertaires" qu'on peut avoir l'impression d'avoir déjà entendus mille fois mais qu'il est toujours bon d'entendre répéter.

JE NE SAIS ...



Je ne sais où je vais, mais je sais avec qui je vais.

Je ne sais où je suis, mais je sais que je suis en moi.

Je ne sais ce qu'est Dieu, mais Dieu sait ce que je suis.

Je ne sais ce qu'est le monde, mais je sais qu'il est mien.

Je ne sais ce que je vaux, mais je sais ne pas me comparer.

Je ne sais ce qu'est l'amour, mais je sais que je jouis de ton existence.

Je ne peux éviter les coups, mais je sais comment les supporter.

Je ne peux nier la violence, mais je peux nier la cruauté.

Je ne peux changer le monde, mais je peux me changer moi-même.

Je ne sais ce que je fais, mais je sais que ce que je fais me fait.

Je ne sais qui je suis, mais je sais que je ne suis pas celui qui ne sait pas.




Extrait de "La danse de la réalité" A. Jodorowsky

De la magie à la psychomagie

En réalité, la plupart des problèmes que nous avons sont ceux que nous voulons avoir. Nous sommes attachés aux difficultés. Elles forment notre identité. Nous nous définissons à travers elles.

Il n'est donc pas étonnant que quelques-uns tentent de tergiverser et s'ingénient à saboter l'acte : sortir des difficultés implique de modifier en profondeur notre relation avec nous-même et avec le passé.

Les gens ne veulent plus souffrir, mais ils ne sont pas disposés à en payer le prix, c'est à dire changer, à ne plus vivre avec leurs précieux problèmes.

Extrait de "La danse de la réalité" A. Jodorowsky

mercredi, décembre 18, 2002

Le rêve sans fin

C'est moi qui rêve, tel que je me connais éveillé, et non pas un enfant pervers et vulnérable. Les rêves se déroulent en moi, ils font partie de moi. Tout ce qui apparaît, c'est moi. Ces monstres sont des aspects de moi que je n'ai pas résolus. Ils ne sont pas mes ennemis. L'inconscient est mon allié. Je dois affronter ces images terribles et les transformer.

Je faisais souvent le même cauchemar: j'étais dans le désert et de l'horizon surgissait, tel un immense nuage de négativité une créature psychique décidée à me détruire. Je me réveillais en criant, trempé de sueur. Tout à coup, je me fatiguait de cette fuite indigne et décidai de m'offrir en sacrifice.

A l'apogée du rêve, dans un état de terreur lucide, je dis : " C'en est assez, je vais cesser de vouloir de me réveiller ! Abomination détruis-moi !". La créature s'approcha menaçante. Je restai immobile, calme. Alors cette immense menace s'estompa. Je me réveillais quelques secondes et me rendormit, placidement.

Je compris que c'était moi qui alimentait mes terreurs. Je sus que ce qui nous terrorise, perd toute sa force, dès l'instant où nous cessons de le combattre. J'entrais dans une longue période au cours de laquelle, au lieu de fuir j'affrontais mes ennemis et leur demandais ce qu'ils voulaient me dire. Peu à peu les images se transformèrent à mes yeux et s'offrirent à moi tel un présent.

Extrait de "La danse de la réalité" A. Jodorowsky

SILENT HILL 3

«Silent Hill 2», déjà disponible sur PS2 et Xbox, est sans doute ce qui se fait de plus terrifiant et de plus glauque dans les jeux vidéo. Pas de héros surarmé, mais un personnage simple, James Sunderland, perdu dans la ville étrange et embrumée de Silent Hill.

Les développeurs de Konami Tokyo préparent un troisième opus qui devrait sortir courant 2003. C'est donc au tour d'une certaine Heather (photo) de se retrouver paumée en plein milieu de nulle part, entourée de créatures difformes.
La musique étant un élément important de l'ambiance oppressante de la série, on peut déjà se faire une idée de celle de Silent Hill 3 en écoutant deux morceaux composés par Akira Yamaoka, déjà disponibles en ligne au format mp3.



Les ateliers Max : cours de dessin et peinture
Les ateliers Max déménagent durant le mois de janvier 2003 dans un espace plus grand, au numéro 27 de la rue de Parme à Saint-Gilles (Bruxelles). Comme l'endroit que je vais occuper sera beaucoup plus spacieux, je peux accueillir plus de monde et vous proposer aussi d'ouvrir les cours de jour le lundi ou mardi.

N'hésitez donc pas à me contacter afin d'organiser cela au mieux.

Voici les cours existant déjà:

Mardi soir de 19h30 à 22h30: "Peindre à la manière de..."
Cet atelier présente de manière chronologique les différents mouvements qui ont fait l'histoire du modernisme et propose donc de faire de la peinture (ou d'autres techniques) à la manière du mouvement artistique abordé.

Mercredi Soir de 19h30 à 22h30: Approche du croquis de modèle vivant en variant au maximum les techniques. Découvertes de la peinture, de la couleur, des matières...en rentrant dans l'univers de certains artistes.

Le trimestre est composé de 14 séances de 3 heures, à raison de 13 euro la séance et un supplément de 2.5 euro si il y a un modèle. Le matériel sera fourni par vous-même en grande partie. Pour s'inscrire, il faut m'avertir par téléphone ou par mail et me verser la somme de 182 euro dès le premier cours.

J'anime aussi des ateliers à la "Villa François Gay" , maison de quartier se trouvant à Woluwe Saint Lambert au n°326 de la rue François Gay. J'ai encore de la place le mercredi et nous lançons un nouvel atelier le lundi matin.
Le Mercredi après-midi de 14 à 17 h: Aproche du croquis.
Le lundi matin de 9h30 à 12h30: "Peindre à la manière de...".

Pour ceux qui voudraient profiter d'un atelier et peindre, dessiner, sculpter etc..avec d'autres personnes, je mettrai mon nouvel espace à disposition certaines demi-journées,le mardi matin par exemple (participation 6 euro).

Catherine Borgers
www.cathborgers.cjb.net

mardi, décembre 17, 2002

Klingon sur Google

Savez-vous parler klingon - aka Star Trek Universal Language - Google oui : Allez sur le lien "préférences" et choisissez votre language ... vous serez surpris du résultat.

La preuve par trois


Il y a de quoi se faire du souci
Quant au devenir de l'homme sur la planète
A commencer par ce pays dans lequel je vis
Où l'on cultive la différence laissant l'unité dans l'oubli
Il y a de quoi se faire du souci quant au devenir
De l'homme sur la planète
A commencer par ce pays dans lequel je vis
Où l'on cultive la différence laissant l'unité dans l'oubli




[Sly]
Mes cocos, je vois en vous mon caca et giant coucou
J'aime pas trop ces habits mais sur vous ça va
Une odeur de cul, ça cocotte mon majeur vous fait coucou
L'affiche si je devais m'habiller comme ça.
Vous sortez de votre cocon, une invasion à la cocoon
La rap-dance bizarre mais vous avez ça dans la peau
Le pire c'est que vous êtes kiffés par les blanches coucounnes
Le sport, la chanson vous êtes forts en tout c'en est trop

[Samuel]
Ah, ouh, hé ... ya hé ya hé
Ah, ouh, hé ... ya hé ya hé
Plus de 400 ans d'esclavage, ça ne leur suffit pas et le résultat
A l'aube du millénaire règne encore le même climat
La violence n'est plus physique, elle est morale et de surcroît
De jours en jours elle accroît, le peuple noir en est la proie
Vous n'êtes supérieurs en quoi que ce soit
Si oui en quoi je crois que vos esprits sont trop étroits
Car nous sommes quasiment similaires
Mais en perpétuelle guerre cela à cause d'une différence d'épiderme

[Samuel]
Il y a de quoi se faire du souci
Quant au devenir de l'homme sur la planète
A commencer par ce pays dans lequel je vis
Où l'on cultive la différence laissant l'unité dans l'oubli
Il y a de quoi se faire du souci quant au devenir
De l'homme sur la planète
A commencer par ce pays dans lequel je vis
Où l'on cultive la différence laissant l'unité dans l'oubli


[Vicelow]
Pourquoi être l'inspecteur Maigret
Pour savoir qui me vole, qui m'agresse
Ce sont toujours ces Maghrébins
L'économie de la France est maigre, " Eh ben "
C'est de la faute de ces bougnouls
Cet été au camping j'ai mis la main sur un de ces " oufs " qui allait prendre mon grille-pain
On est barge, hein ?
On en héberge un
Et c'est toute une famille qui se ramène
Avec des moutons qu'ils égorgent
Un matin je voudrais me lever sans qu'il y ait tous ces boutons,
Histoire d'être seul ici
C'est pourquoi je solicite le National Front
Pour nettoyer ce que salissent ces hystériques
Qui n'ont pas mon teint
Bleu blan rouge, moi de mon temps, de mon temps, y'avait moins de Cheb
Khaled et beaucoup plus d'Yves Montand

[Leeroy Kesiah]
Alors toi t'es con puis t'es laid
Comme ceux qu'aiment pas les bicots buttez les
Tous plus qu'illico foutez les par terre puis piétinez les,
T'façon l'raciste c'est l'gars borné qu'aime pas Rachid,
Ca joue l'fachiste mais dans le fond ça kiffe l'huile d'arachide et je parie
Qu'à la récré c'était la même, à l'époque de l'hiver
A l'été, la même t'alertais le maître pour
Te plaindre sans cesse de Kamel
Maintenant t'apprécies Khaled mais quand
On t'tappe tu scandes à l'aide
Désolé mais j'ai du mal à croire qu'en fait Aïcha
Tu la trouvais pas laide
On sent le malaise dès qu't'ouvres la bouche
Y'a qu'des conneries des foutaises
Jette toi d'une falaise car quand t'es là chuis mal à l'aise
C'est simple, c'est simple,
Tu peux pas avoir le beurre, l'argent du beurre, la beurette,
Sa bonne humeur et en plus qu'on t'accueille
Avec un sourire balaise

[Specta]
Les problèmes raciaux sont si denses que mon esprit suit
Un mauvais chemin et font que je suis raciste
Alors je n'aime ni toi, ni tes femmes, ni tes gosses,
Gars, ni que tu me kiffes ni que tu kiffes mon beret ta vu
Vu, t'as vu comment tu pues,
Quand tu cavales derrière moi, t'as vu comment tu sues ;
1001 nuits dans mes ce-va, n'y penses pas
Car tu sais, chez moi ils pensent tous comme ça fait mal...
Un coup de pied dans la figure,
J'en sais quelque chose dans la police ils assurent
Pour moi les blancs sont tous mauvais
Et c'est toujours les mêmes qui paient

[Feniksi]
Réaction hostile quand je tends la main,
Je ne comprends pas, je retenterai demain.
Je ne suis qu'un babtou, sur ma peau ça gaze partout,
On base tous les maux, vices, fléaux sur moi.
Tout y passe, tout...
Si je respecte un minimum ma race, ça t'agresse
Je prends le risque que tu me terrasses.
Quand je respecte un maximum ta race, tu m'agresses
Il ne me reste même plus de race.
Que veux-tu que je fasse ? ! !
T'aimerais bien que j'efface tout, comme par tour de magie
T'imagines changer tout, tout du tout au tout
Tout autour de toi ;
Moi sans atout, mais ...
T'auras pris la place du sale babtou


Il y a de quoi se faire du souci
Quant au devenir de l'homme sur la planète
A commencer par ce pays dans lequel je vis
Où l'on cultive la différence laissant l'unité dans l'oubli
Il y a de quoi se faire du souci quant au devenir
De l'homme sur la planète
A commencer par ce pays dans lequel je vis
Où l'on cultive la différence laissant l'unité dans l'oubli


Saian Supa Crew

Métèque et mat

Ma famille est sept fois séculaire, ancienne et insulaire
Entourée de mystères, et comme le Saint-Suaire
A l'aube du troisième millénaire encore on dit
La légende des trois cavaliers espagnols qui débarquèrent
Au large de Trapani, les usages d'une secte
Dans leurs têtes et leurs bagages amenés de Tolède
Et tout ceci n'est pas mythe, fou l'ignores-tu ?
Le jour où mon sang a coulé sur un fil, je fus perdu

Je suis né en 1903
Au milieu des Vendettas, dans les environs de Caltanissetta
Où seuls l'honneur et la famille décident
Les bancs de mon école s'appelaient racket et homicide
J'étais un pauvre paysan, gardien d'un latifondo
Pour la criminalité, oui la Sicile a bon dos
Mais quand même, comment expliquer
Que des culs-terreux ont régit l'économie d'un pays entier

J'ai envoyé des tas de types au caveau
Ainsi je fûs soldat dans la puissante Cosca des Salvo
Puis j'ai loué mes services un peu plus au Nord
En 22, j'étais à Bagheria dans la Conque d'Or
Pour rappeler à l'ordre ceux qui ne payaient rien
Et taxer leurs biens aux propriétaires terriens
On peut trouver ça monstrueux
Mais tout ce que j'ai fait, je l'ai fait pour être heureux

Tu appartiens à la Cosca
Ton sang appartient à la Cosca


Puis les fascistes sont arrivés au pouvoir,
Pour les deux décennies noires
Avec le désir d'envoyer au placard
Les menbres de l'honorable société
Les hommes de ma tradition fûrent chassés, arrêtés et enfermés
J'ai vite décidé de m'exiler en Tunisie
Pour fuir la répression de préfet Césare Mori
A Tunis, il y avait déjà beaucoup d'italiens
Donc venu sans rien, j'ai dû m'accaparer des biens

Les familles s'étaient reconstituées
Les clandestins de Sicile réclamaient des pécadilles pour tuer
J'ai vite eu sous mes ordres une armée
Mes affaires ont prospéré jusqu'à ce que le gouvernement français
Eut signé mon acte d'extradition de Tunis
J'ai fui, vers Le Havre puis les Etats-Unis
Là-bas en 43, j'ai lutté
Contre les sabotages des agents philo-nazis

On a collaboré avec le gouvernement
Pendant quelques années jusqu'au jour du débarquement
Ils nous ont renvoyé l'ascenseur après quelques mois
En installant dans les mairies des gens de Cosa Nostra
La collusion entre Mafia et partis politiques
Etait à son comble, pire c'était une logique
Ceci marqua d'une pierre blanche ainsi
50 ans d'emprise totale de la Mafia sur l'Italie

Tu appartiens à la Cosca
Ton sang appartient à la Cosca


Grâce à mes relations, dans les sphères de l'Etat
Je fûs acquitté, pour un contrat, par un certain magistrat
En 57, j'étais incarcéré à l'«Ucciardone»
Mi-58, je travaillais dehors à Corléone
Les naïfs, comprennent-ils qu'en un an de prison
Ou dix ans de liberté on a les mêmes connections
C'est dans ces années-là que l'économie a changé
L'honorable société s'est vite adaptée

D'abord le trafic de drogue, l'assassinat de femmes
Aujourd'hui il vendent même des organes
Et comme pour liguer tous les délits impunis
En 70, la criminalité s'est réunie
Il y avais là, des types de Campanie: de la Camorra
Et ces putains de balafreurs cruels de la 'Ndranghetta
De Bari, le Sacra Corona Unita
Et je faisais partie des gars venus de Cosa Nostra

Peu à peu, se creusait un vide entre
Eux, leurs objectifs et moi et mes principes
Cinq mois après j'avais tout raccroché
M'étais barré dans la montagne pour me cacher
Et voilà donc vingt ans qui sont passés
Je suis resté discret et n'ai jamais balancé
J'ai quatre-vingt piges et des nouveaux changements politiques
Me font comprendre que mon âge est critique

Dehors, cette moto m'inquiète
Ce soit-disant postier porte des lettres ? Il guette
Ils ont encore moins de respect que je pensais
Peut-être des nouveaux gars de l'organisation appelée Stidde
C'est terminé, alors pourquoi ne pas en rire
Sortir cette tête qui vaut 600.000 lires
C'est dérisoire, à dix mètres se tapit
Une armée de Guappi, tout ça afin d'éliminer un papi

Dernier mot, dernière lueur dans mes yeux
Je me suis trompé, je n'ai jamais été heureux, je dois sortir


Traaaatataaa tarataartatarataraaatrraaa ....

Akhenaton

lundi, décembre 16, 2002

Quelques idées cadeaux?

La fête de noel voit déjà se profiler un petit problème récurrent : quels cadeaux offrir? Le cd reste un must : facile et rapide. Question choix comment vous y retrouver dans les dernières nouveautés chansons française. Grâce aux inrocks, une petite liste vous rafraichira la mémoire.

jeudi, décembre 12, 2002

J'te rappelle j'ai un double appel :
Combien êtes-vous à faire caca au boulot? Est-ce facile ou bien usez-vous de stratégies pour aller deux étages plus bas, dans le café d'en face (le ptit ka fé), ou bien même vous attendez le retour à la maison? Chassez-vous toutes vos odeurs ou bien vous leur laissez libre cours? Tecknikart nous a pondu une merde habituelle remuant la question de plusieurs manières.

Selon les psychologues, le refus du pot est probablement la première occasion dont peuvent se saisir les tout-petits pour affirmer leur individualité. Dans un monde où nous nous sentons quotidiennement niés, le fait de ne pas faire caca dans son entreprise serait donc un acte d'affirmation, voire même de rébellion. Pourquoi pas ? Hitler et Napoléon, qui ont déployé une énergie impressionnante pour que l'histoire se souvienne d'eux, n'étaient-ils pas des constipés célèbres ?

A découvrir aussi le site dédié au caca qui plus sérieux qu'il n'en a l'air fourmille de jeux de mots, de citations et d'explications en tout genre sur ce caguant coagulant sujet.

Quelques exemples :


  • La révolte des jeunes : vomir.
    L'ultime révolte des vieux : chier partout.
    Roland Topor


  • Une maladie courante est la diarrhée verbale et la constipation cérébrale.
    Anonyme


  • Nous sommes dans la merde, mais ce n'est pas une raison pour la remuer.
    Marcel Bigeard


  • Le psychanalyste, comme on dit, veut bien être de la merde, mais pas toujours la même. C’est interprétable, à condition qu’il s’aperçoive que d’être de la merde, c’est vraiment ce qu’il veut, dès qu’il se fait l’homme de paille du sujet-supposé-savoir.
    Lacan

Ketchup song

Pour poursuivre dans les animations flash - splash vous diront certains -

Vous avez dansé dessus cet été
Agité vos petits bras les uns au dessus des autres
Tourné autour de vos pieds
Dans cinquante ans [pour les plus jeunes]
Mais très bientot pour les plus agés,
le mercredi après-midi, au home,
après la sieste, on recommencera à danser
et cela donnera ceci
Mettez le son a fond
N'oubliez pas de demander la traduction

mercredi, décembre 11, 2002

Amis flasheurs

Clicketez moins vite et visitez ce dingue de site à animations flash et choisissez entre autres "microtorture - cinque manières d'être immobile - maternité - paternité", voire le coquin "Jésus, reviens".

Bien que beaucoup vaillent le détour ...

Bonjour chez vous

Un cavalier cloué

Un jeu, Dieu, oui je suis un jeu, hein je suis un jeu je, hein je, un jouet un joujou je suis ah Jésus mais j’ai su toujours qu’un jour, mais je suis un joujou, qu’un jour tu seras un jour le Prince des Echecs, l’Esprit-Saint retiendra son souffle en voyant ta main frôler l’échiquier, tes adversaires se voileront la face sans comprendre, tu donneras tes pièces les unes après les autres, donneras ta reine et seras victorieux mais je suis un joueur laborieux, je suis un joueur travailleur et sérieux, je suis un, je suis un joueur laborieux, je suis un joueur appliqué, un laborieux joueur impliqué, compliqué, je suis incompétent un compétiteur attardé comploteur vieux brisé je suis un complet raté du damier, je suis arrêté, l’arrêté du bocal je suis le comploteur bancal, je suis le complicateur l’incompétent compétiteur banal je suis mal, là, moi, je suis l’amas, je suis là la malle avec moi partons Clara je suis malade, je crois, je suis mal à l’âme à l’anima je suis l’animal débile malhabile, le penseur aride inutile, je suis mal, mal à, mal à je suis las, je suis l’amas, je suis la manie la manifestation maniaque de la tare lente et rampante de l’ardeur au travail, pas le combinateur génial l’organisateur magistral pas le combattant le battant vital inégal, non Clara je suis le pesant animal rameur au coup de rame égal, je suis un pion doublé un cavalier cloué une reine coincée dans un coin d’échiquier je suis un roi très protégé bientôt maté à l’étouffée, Clara je ne suis qu’une chauve-souris, écoute-moi, une vieille chauve-souris fatiguée au gros ventre renflé à la digestion perturbée par des rats faisandés, je suis un gros oiseau déplumé qui n’est plus sûr de pouvoir voler trop gros trop déplumé désormais un oiseau trop vieux qui n’a jamais volé, imagine-moi Clara ne volant pas ne m’envolant pas m’efforçant pédalant insistant poussant insistant encore pédalant encore mais ne volant pas encore ne m’envolant pas encore, les serres prises dans le bitume vissées dans la coutume je suis trop lourd mon amour trop lourd je, je suis mal et si las je, je suis mal et si bas je, je suis le grand encombré l’éternel empêché je suis un englué le plus fatigué des aspirateurs troués ne veux plus rien ne peux plus rien mon sac est plein mes conduits sont bouchés je n’aspire plus à rien qu’à partir avec toi vider mon sac où le ciel est bleu le vent froid, je ne veux plus vivre troué je veux vivre réparé rapiécé par toi rapetassé par toi retapé reprisé par toi Clara débouche-moi prends ma bouche couche-toi prends ma couche mouche-moi et couche avec moi oui je suis un joueur, c’est exact mon cœur je suis un, oui mon cœur je suis un joueur oui mais battu abattu, je suis un nouveau venu déjà reparti déjà parti revenu et reparti, un jour un jour je serai mais je suis un mauvais, je suis un nouveau mauvais je suis un jouet je, je suis un mauvais joueur un mauvais jouet je suis un perdeur, je suis un footballeur, je suis un footballeur, je suis un râleur un rateur, je suis un joueur laborieux, je suis un joueur travailleur et sérieux, je suis un, je suis un joueur laborieux, je suis un joueur appliqué, un laborieux joueur impliqué, compliqué, je suis un complet raté du damier.


JDP, Hache, Janvier 1992. Inédit.

lundi, décembre 09, 2002

Bowling for Columbine

Découvrez ce documentaire de Michael Moore projetté dans quelques salles bruxelloises. Il aborde le sujet brûlant des armes de poing aux USA avec la question de savoir pourquoi les homicides américains sont de 100 à 1.000 fois plus nombreux que dans les autres pays industrialisés. Comment un système tient en partie sur la peur et la paranoïa, exacerbée par la course à l'audimat des médias, les jeux cyniques du pouvoir politique et l'absence totale de scrupules de quelques businessmen armuriers. De la violence quotidienne des banlieues blanches aux bombardements du gouvernement sur un pays au nom imprononcable, une vision provocative nous montre un ensemble de dérives vues de l'intérieur. L'ensemble des arguments sont démontés un à un ; de Marylin Manson, des jeux vidéos jusqu'à la pauvreté des noirs des ghettos. A voir assurément ! Certains diront que ces dérives arriveront chez nous. A voir TF1, pendant les dernières élections françaises, nous bombarder des reportages sur la violence des banlieues, les pauvres policiers débordés; on peut se méfier un petit peu. Ah oui, TF1 est la première chaîne francophone en Belgique.

Un appareil photo en main = un terroriste en repérage

Suivant un journal en ligne 2600.com, mardi 5 décembre dernier, un photographe amateur qui se trouvait près d'un hotel où séjournait le vice-président américain a été arrêté et accusé de terrorisme. Refusant d'accepter l'accusation de "terroriste", il a été detenu plusieurs heures avant même de pouvoir appeller un avocat. Il a perdu son appareil photo et son film. L'homme a d'abord appellé un journal local plutôt que son avocat. Les policiers furieux l'ont détenu encore quelques heures de plus avant de lui octroyer ses droits. La dérive patriotique semble connaitre quelques accros. Nous jouerait-on un air connu sous des soleils tropicaux?

jeudi, décembre 05, 2002

Tombe la neige

Tombe la neige
Tu ne viendras pas ce soir
Tombe la neige
Et mon cœur s’habille de noir
Ce soyeux cortège
Tout en larmes blanches
L’oiseau sur la branche
Pleure le sortilège

Tu ne viendras pas ce soir
Me crie mon désespoir
Mais tombe la neige
Impassible manège

Tombe la neige
Tu ne viendras pas ce soir
Tombe la neige
Tout est blanc de désespoir
Triste certitude
Le froid et l’absence
Cet odieux silence
Blanche solitude

Tu ne viendras pas ce soir
Me crie mon désespoir
Mais tombe la neige
Impassible manège


Salvatore Adamo


L'adultère, pas bon pour le cœur

On peut y passer d'y croquer... Selon un spécialiste anglais, le sexe consommé en dehors d'une relation au long cours peut accroître le risque d'attaque cardiaque. Les palpitations, l'attrait de la nouveauté, le frisson de l'interdit, et à l'arrivée, selon Graham Jackson, cardioloque à l'hôpital St-Thomas de Londres, «75 % des cas d'arrêt cardiaque au cours de relations sexuelles sont le fait de personnes adultères». Et le risque s'accroît quand s'accroît la différence d'âge –et, par conséquent, la vigueur dans les ébats?

Heureusement, ceux engagés dans la douce quiétude d'une sage histoire présentent beaucoup moins de risque d'infarctus –même si, dans ce cas aussi, faire l'amour reste une activité très sportive pour le cœur.

Sportive, mais pas si dangereuse. Toujours selon ce cardiologue anglais, seulement 1% des attaques cardiaques sont déclenchées par une activité sexuelle. Ouf!

Lu sur Libé en ligne qque part dans l'histoire du jour.

mercredi, décembre 04, 2002

The Tune de Bill Plympton

Besoin d'un grand coup de fouet joyeux ? Foncez voir The Tune. Une heure dix de délire qui fait du bien. Le créateur fou de L'Impitoyable Lune de miel et des Mutants de l'espace réalisait là son premier long métrage d'animation, il y a dix ans (mais resté inédit), dans lequel il a inclus ses essais dans les courts. Le prétexte est de suivre un compositeur qui cherche à faire un "tube". On erre avec lui dans un monde imaginaire, une ville musicale où se succèdent différents types de rythmes. Blues, tango, rock... Le dessin suit le mouvement, enivré par les notes, complètement déchaîné. Si vous vous régalez d'avance de visiter "la chambre de la Gomme volante", de voir un homme danser voluptueusement avec son nez, ou de savoir qu'une pluie de cochons peut s'abattre d'un instant à l'autre, The Tune va vous transporter.
– Animation. (Américain, 1992, 1 h 12.)


Extrait du Monde Interactif

Anna Mouglalis

Elle est belle ca oui mais bon on sait ce qu'on sait sur les belles femmes. On regarde et puis voilà. A la télé, sur une cover de magazine, papier glacé aux effets surranés ; rien ne vaut les femmes du quartier et leur sourire tentant.

Mais la voix d'Anna, sa voix éraillée à souhait, grave et veloutée, touche à quelque chose de sensuel. [sangsue elle] Je craque tout de suite comme une allumette. Froutch, je prends feu illico-presto. Qu'est-ce que je lui lacherai comme vanne à deux balles si je la croisais? Cette voix comme une perle assertie dans ce corps aux charmes certains, j'en reviens mais quand même.

24 ans, comédienne et femme de tête, nouvelle égérie du cinéma d'auteur français.

Elle est grande et belle, actrice jusqu'au bout des ongles, intellectuelle, possède ce mieux disant qui la distingue de ses jeunes rivales, une voix au timbre gravissime, dérapant parfois en éclats éraillés. Et elle est Chanel, depuis le 8 octobre, choisie par le maître Lagerfeld comme «ambassadrice» maison du parfum Allure. Sous le couteau de la Vie nouvelle, c'est une icône qui pleure

Le portrait d'elle vue par Libé

Vincent Delerm

Le jeune vieux nouveau chanteur qui raconte des histoires qui me font marrer, collages, tatouages, clichés jaunis, souvenirs en tout genre, bobo beauf, tout ou presque s'y retrouve. Paraît que ses performances scéniques sont plus qu'à la hauteur.


02 - La vipère du Gabon.



A l’entrée du zoo
Tu sais j’attends des jumeaux
J’espère qu’y aura des éléphants
Et ta mère elle est au courant
Ca c’est des genres de wapitis
Pour l’instant je lui ai encore rien dit
Et devant la cage des gibbons
Ah bon
Ils doivent être planqués dans un coin
Et Mathieu lui il le vit bien
Putain j’ai horreur des vautours
Au début il était pas pour
C’est pas un vautour c’est un condor des Cévennes
Même si il se casse je les garde quand même
Oui enfin c’est quand même un petit peu pareil les vautours les faucons
Ah bon
Espèce protégée au Pérou
Et toi sinon alors t’en es où
Dans une allée du vivarium
Tu sors toujours avec cette conne
Les iguanes c’est ultra bizarre
Ca me fait super plaisir de te voir
Devant la vipère du Gabon
Ah bon.

Vincent Delerm.

mardi, décembre 03, 2002

MONGOSLAM L'AUTOROUTE

Mongoslam
c'est un peu mon autoroute
celle ou je regarde passer
le trafic du web
quand je dis l'autoroute
j'en vois qui s'esclaffent déjà avec raison
quelques dizaines de passages journaliers
quelle surprise hative
où sont les grandes transumances de saisons
les embouts des aoûtiens abonnés aux journées noires

Mongoslam l'autoroute
est sans doute un chemin de chèvres
bucolique à souhait
cliché carte postale
on voit un mont enneigé
à l'autre bout de la vallée
les nuages qui passent un peu vite
là c'est l'église de Sestrière
tiens le planneur est toujours en l'air
les cabris sont rentrés

mais revenons à mongoslam
l'autoroute et ses pilastres
qu'arrosent généreusement des mots d'amour
des je t'aimerai toujours
ou reviens tu es ma vie
agriculteur en colère
je te jure sur sa tête
ca y'est on se marie
et toi lecteur tu passes
comme un routier
ils sont toujours sympa
mes routiers
un feu clignotant à gauche
un coup à droite
un pneu rechappé dégommé
ils viennent de loin
des amériques
de l'autre bout du globe
traversent nos plaines
creusent quelques sillons bitumineux
cherchent une pute
se décharger
sur l'aire de repos mongoslam
faire le plein de dope
de extase ou presque
enfin quelques secondes
un peu d'air frais
un café frappé
avant de reprendre le voyage

Parfois tu lis
une grosse connerie
tu te marres en douce
Et je suis sur le pont
à souquer à trimer
à frimer à mousser
à vous regarder passer
lancer quelques signes de la main
un pavé dans un pare-brise
hop la belle étoile
un doigt d'honneur à l'occasion
des fleurs souvent
des sourires grandes dents

Mongoslam
c'est un peu l'autoroute
je ne sais pas à qui je m'adresse
je dis qu'on se connait
alors tu lis attentivement
je te charie
et tu le prends comme un compliment
je t'aime bien
parfois beaucoup
et même plus
quand dans tes yeux
commence un sourire
j'entends d'ici ton rire
illumine ta frimousse
je ne comprends pas tout
humour à deux euros
putaing deux euros
c'est qu'il commencerai
à nous prendre là tête
allez va pour deux balles
et toi qui te marre
va savoir comment

Mongoslam
c'est un peu son autoroute
un passage obligé
pour la confusion des sens
en apparence

Il vous dit merci
le fou du pont de l'autoroute

Rien ne vaut la vie

Il a tourné sa vie dans tous les sens
Pour savoir si ça avait un sens l'existence
Il a demandé leur avis à des tas de gens ravis
Ravis, ravis, de donner leur avis sur la vie
Il a traversé les vapeurs des derviches tourneurs
Des haschich fumeurs et il a dit

La vie ne vaut rien, rien, rien, la vie ne vaut rien
Mais moi quand je tiens, tiens,
Là dans mes mains éblouies,
Les deux jolis petits seins de mon amie,
Là je dis rien, rien, rien, rien ne vaut la vie,

Il a vu l'espace qui passe
Entre la jet set les fastes, les palaces
Et puis les techniciens de surface,
D'autres espèrent dans les clochers, les monastères
Voir le vieux sergent pépère mais ce n'est que Richard Gere,
Il est entré comme un insecte sur site d'Internet
Voir les gens des sectes et il a dit

La vie ne vaut rien, rien, rien, la vie ne vaut rien
Mais moi quand je tiens, tiens,
Là dans mes mains éblouies,
Les deux jolis petits seins de mon amie,
Là je dis rien, rien, rien, rien ne vaut la vie

Il a vu manque d'amour, manque d'argent
Comme la vie c'est détergeant
Et comme ça nettoie les gens,
Il a joué jeux interdit pour des amis endormis,
Et il a dit

La vie ne vaut rien, rien, rien, la vie ne vaut rien
Mais moi quand je tiens, tiens,
Là dans mes mains éblouies,
Les deux jolis petits seins de mon amie,
Là je dis rien, rien, rien, rien ne vaut la vie.

Alain Souchon

On n'est pas là pour se faire engueuler

Un beau matin de juillet, le réveil
A sonné dès le lever du soleil
Et j'ai dit à ma poupée: faut te s'couer
C'est aujourd'hui qu'il passe.
On arrive sur le boulevard sans retard
Pour voir défiler le roi Zanzibar
Mais sur-le-champ on est r'foulés par les agents
Alors j'ai dit:

On n'est pas là pour se faire engueuler
On est là pour voir le défilé
On n'est pas là pour se faire piétiner
On est là pour voir le défilé.
Si tout le monde était resté chez soi
Ça f'rait du tort à la République
Laissez-nous donc qu'on le regarde
Sinon plus tard quand la reine reviendra
Ma parole, nous on r'viendra pas.

L'jour de la fête à Julot, mon poteau
Je l'ai invité dans un p'tit bistro
Où l'on sert un beaujolais vrai de vrai
Un nectar de première.
On est sorti très à l'aise et voilà
Que j'ai eu l'idée de l'ram'ner chez moi
Mais j'ai compris devant l'rouleau à pâtisserie
Alors j'ai dit:

On n'est pas là pour se faire engueuler
On est venu pour faire une p'tite belote
On n'est pas là pour se faire assommer
On est là pour la fête à mon pote.
Si tout le monde restait toujours tout seul
Ça serait d'une tristesse pas croyable
Ouvre ta porte et sors des verres
Ne t'obstine pas ou sans ça l'prochain coup
Ma parole, j'rentre plus du tout

Ma femme a cogné si dur cett' fois-là
Qu'on a trépassé l'soir même et voilà
Qu'on se r'trouve au paradis vers minuit
Devant Monsieur Saint Pierre.
Il y avait quelques élus qui rentraient
Mais sitôt que l'on s'approche du guichet
On est r'foulés et Saint Pierre se met à râler
Alors j'ai dit:

On n'est pas là pour se faire engueuler
On est v'nus essayer l'auréole
On n'est pas là pour se faire renvoyer
On est morts, il est temps qu'on rigole.
Si vous jetez les ivrognes à la porte
Il doit pas vous rester beaucoup d'monde
Portez-vous bien, mais nous on s'barre
Et puis on est descendus chez Satan
Et là-bas c'etait épatant!...

C'qui prouve qu'en protestant quand il est encore temps
On peut finir par obtenir des ménagements!...

Boris Vian

lundi, décembre 02, 2002

Eloquence d'Orion

Tu te ronges d'appartenir à un peuple mangeur de chevaux, esprit et estomac mitoyens. Son bruit se perd dans les avoines rouges de l'événement dépouillé de son grain de pointe. Il te fut prêté de dire une fois à la belle, à la sourcilleuse distance les chants matinaux de la rébellion. Métal rallumé sans cesse de ton chagrin, ils me parvenaient humides d'inclémence et d'amour.

Et à présent si tu avais pouvoir de dire l'aromate de ton monde profond, tu rappellerais l'armoise. Appel au signe vaut défi. Tu t'établirais dans ta page, comme l'ambre gris sur le varech échoué ; puis, la nuit montée, tu t'éloignerais des habitants insatisfaits, pour un oubli servant d'étoile. Tu n'entendrais plus geindre tes souliers entrouverts.

R. Char, Le Nu perdu

Powered by Blogger

Lafraise.com, éditeur de bien jolis T-shirts.