dingo!

lundi, septembre 30, 2002

L'AUTOMNE EST LA : MOUETTE & CHANDON

Voilà le premier week-end d'automne. Rien que la douce lumière du soleil un peu plus bas sur l'horizon, fut un plaisir à chaque réveil. Une pendaison de crémaillère où le sosie de Benoît Poelvoorde est passé faire son show du numéro de la TVA, des retrouvailles de vieux scouts qui pour certains ne s'étaient plus vu depuis plus de 30 ans, un vieux père Jésuite affublé d'un totem à la Franquin, Mouette encore appellé Chalvy ou FlapFlap par les impertinents (devenus incontinents depuis), qui célèbrait ses 60 ans de traitrise (prêtrise) et rassemblait ses ouailles pour l'occasion. Heye Heye, est-ce que tout est bien gratinheye? Histoire de vieux combattants qui remontaient à la surface, souvenirs de campagnes, de grands camps, d'aventures d'adolescents cascous (ouille) mordus de spéléologie, d'escalade et autres sports à risque. Journée qui s'est terminée par une veillée "MOUETTE ET CHANTONS" comme au bon vieux temps avec des sketches et des bans. Vous vous rappellez le ban des bédouins? Devant ... RRRRIIIIEEEEEN Derrière RRRRRIIIIIEEEEEENNNNN .... Comme je vous le disais, c'est là qu'on se rend compte que la nostalgie n'est pas loin. En tous les cas en vingt ans, les bides ont forcis, les rides ont épaissi mais les caractères sont presques tous les mêmes. Le temps et ses épreuves en ont marqué quelques uns, mais la vie rebondi à chaque fois. Les enfants s'éparpillaient par dizaines. Cool journée.

jeudi, septembre 26, 2002

NUIT BLANCHE

L'organisation des soirées ROLLERS BRUSSELS est tenue par une asbl nuit blanche.org. Le célèbre Carl De Moncharline, who's who's d'entre les who's who's (la preuve : qui ne reçoit pas ses mails annoncant fiestas, orgies et dépravations nocturnes), a fait preuve de son efficacité légendaire en proposant d'autres activités d'appropriation des espaces publics par des artistes. La premiere nuit commence le 5 octobre prochain.


mardi, septembre 24, 2002

Exercices de style

D'un genre particulier, dirons-nous d'emblée. Ce que vous prendrez la peine de lire dans ce qui suit n'engage que vous et plus spontanément sûrement les cyclistes urbains en acte ou en devenir ... Voici peut-être la première critique en ligne des pavés bruxellois. Elle n'est sûrement pas exhaustive et n'en a d'ailleurs pas la prétention mais entend néanmoins s'attaquer au confort et inconfort des usagers de la petite reine. Je vous épargne les photos des différents pavés, pris en gros plans et dans toutes les positions ... ça deviendrait vite obscène et réservé à public averti ou passioné d'aménagement public.


"Bruxelles

- rue de la Madeleine
=> les pavés ont été posés, il y a plus de 6 mois. Si ces pavés sont +/- plats, Ils n'étaient fixés que par du sable (trous entre les pavés). Ils ont donc bougé pendant 6 mois. Maintenant la ville vient de mettre un enduit cimentant qui bouchent les trous et les recouvrent les pavés pour lui donner un revêtement anti-dérapant (c'est ce que dit la ville). On a testé. C'est inconfortable !
=> pour les handicapés et piétons (absence de passage pour piéton), c'est aussi inacceptable. La bordure empêche un handicapé en siège roulant
=> Le cabinet Mathias prétend que la ville de Bruxelles place des pavés confortables ! La rue de la Senne vient d'être réaménagée. OK, c'est moins pire qu'avant. Mais cela n'est toujours pas confortable.





- rue Royale (place du Congrès)
Le site propre du tram est composé de plaques de béton avec des pavés. Ces plaques ont été installées en une nuit par la STIB. Ce revêtement est assez confortable => bons pavés plats et bien cimentés.
Par contre, la bande voiture est constituée de pavés difformes très désagréables.

=> Il y a une enquête publique pour la rénovation du quai au foin / quai aux briques. Ce sont toujours des pavés de platine (= pavés de porphyre traditionnel) qui sont prévus. Pas de bande conforts. Deux zones de parking vélo sont prévus (une de chaque côté). Pas d'information sur le modèle. Ce sont le MCI et l'IBGE qui ont fait les plans.
=> Normalement, il y a une enquête publique pour la zone 30 du quartier des Neiges (rue du congrès), mais le service de l'Urbanisme (10ème étage) n'a rien et on trouve aucune affiche rouge. Pas de nouvelles de la rue de Namur (chemin de la ville). Pour la rue de Flandre, il y aurait un permis d'urbanisme pour mettre des pavés.



St Josse : rue Potagère
Le MCI vient de faire une zone 30 devant l'école Delclef sans aucune enquête publique ? Cette zone 30 est composée de zone de pavés non plats, sans pente suffisante pour ralentir les autos. La Région fera passé un ICR 12 dans la rue Potagère l'année prochaine. Le bruit a augmenté dans la rue. Les gosses ne savent pas où commence le trottoir. Info : MCI = Ministère de la Mobilité et des Transports qui devient le Service public fédéral Mobilité et Transports www.mobilit.fgov.be

Forest :
La commune a utilisé la technique des faux pavés (béton avec pavés en relief) autour de la maison communale (rue du Curé) et les pavés de la place St Denis semblent plats et bien cimentés. La STIB remet de l'asphalte entre les rails de tram. C'est finalement ce qui est le plus durable !

St Gilles
Le pavé de la rue de Moscou est peut-être le plus inconfortable de Bruxelles ! C'est un SUL.

Bandes conforts : deux exemples : La ville de Bruxelles ne sait toujours pas ce que c'est ! En Hollande, il n'y a pas de pavés de porphyre, mais des pavés de briques ! Les cyclistes hollandais ne s'en plaignent pas. Les pavés de briques sont plats !"

ça vous a plu ? vous en voulez encore (je veux dire des pavés) ? c'est sur demande à mongoslam1@yahoo.fr.


MisterMong cherche du travail mais personne ne le sait, ce qui le rend bien plus silencieux. Mais n'ayez crainte l'onde bouillone dans une urne déjà trop pleine, à la recherche du moment d'euphorie, flirtant plus avec l'ombre et la discrétion qu'autre chose, tant les petits malheurs semblent s'acharner sur son pauvre crâne arrière.

Ici Paris-Roubaix, bonjour chez Nous.

lundi, septembre 23, 2002

Week-end de la mobi_beaume_humilité
Alors que certains narguaient les cyclistes et autres rollers-bladers qui se prenaient pour des petits rois sur leurs petites reines, ne s'épargnant ni le coup de rein, ni le coup de pédale, un autre se la jouait mobile beaume sur les flots de la mer du nord, essayant d'envoyer valdinguer un capitaine de bord déjà fatigué de tirer à son bord un équipage d'amateurs de bonnes sensations. Ouf !!! Il y avait aussi les taximens qui ont profité de l'aubaine avec leurs enseignes jaunes et bleues virvoltantes dans les nuées de cyclo_touristes du jour. Le nombre de courbaturés retournés au boulot doit se compter facilement.

Enfin moi-même qui ait pris un véhicule à essence, estampillé d'un bon PASS pour rejoindre un mariage au palais des colonies, peut vous témoigner de l'aggressivité de plusieurs usagers trop souvent bafoués qui espéraient une vengeance ou une nouvelle domination sans partage. Ce type de réactions me rappelle que le genre humain n'est pas promis à un brillant avenir. Dès qu'on lui laisse un peu d'espace, à la moindre opportunité, l'humanoïde moyen s'arroge une toute-puissance consternante. Peut-être une histoire de norme sociale où tout le monde est sensé faire la même chose.

Il a plu à intervalles réguliers à seaux et à grosses cordes, ce qui a du calmer les énèrvements de ces quelques érnergumènes. Hé, hé, hé ce qui n'était pas pour me déplaire. Tiens donc. Sans vous parler du mariage de Sophie & Colin, réalisé dans une tradition british black tie, où le marié portait un vrai kilt scotish et une joyeuse cornemuse nous a compté quelques airs folkloriques bien dans l'air du temps pluvieux. Et dire qu'ils allaient au combat poussé par cet instrument. Je sais, c'est facile. Les rencontres avec les convives de sa majesté, qui découvraient pour beaucoup la Belgium, furent drôles. Encore un week-end de passé sur cette planète :o)))

vendredi, septembre 20, 2002

Comme un boomerang

Je sens des boums et des bangs
Agiter mon coeur blessé
L'amour comme un boomerang
Me revient des jours passés
A pleurer les larmes dingues
D'un corps que je t'avais donné

J'ai sur le bout de la langue
Ton prénom presque effacé
Tordu comme un boomerang
Mon esprit l'a rejeté
De ma mémoire, car la bringue
Et ton amour m'ont épuisé

Je sens des boums et des bangs
Agiter mon coeur blessé
L'amour comme un boomerang
Me revient des jours passés
A s'aimer comme des dingues
Comme deux fous à lier.

Sache que ce coeur exsangue
Pourrait un jour s'arrêter
Si, comme un boomerang
Tu ne reviens pas me chercher
Peu à peu je me déglingue
Victime de ta cruauté

Je sens des boums et des bang
Agiter mon coeur blessé
L'amour comme un boomerang
Me revient des jours passés
A t'aimer comme une dingue
Prête pour toi à me damner

Toi qui fait partie du gang
De mes séducteurs passés
Prends garde à ce boomerang
Il pourrait te faire payer
Toutes ces tortures de cinglés
Que tu m'as fait endurer.

Je sens des boums et des bangs
Agiter mon coeur blessé
L'amour comme un boomerang
Me revient des jours passés
C'est une histoire de dingue
Une histoire bête à pleurer

Ma raison vacille et tangue
Elle est prête à chavirer
Sous les coups de boomerangs
De flash-back enchaînés
Et si un jour je me flingue
C'est à toi que je le devrais

Je sens des boums et des bangs
Agiter mon coeur blessé
L'amour comme un boomerang
Me revient des jours passés
A pleurer les larmes dingues
D'un corps que je t'avais donné

Serge Gainsbourg

jeudi, septembre 19, 2002

MutaFukaZ

Le team Chman, prononcez CHAMAN, propose un nouveau projet MutaFukaZ qui a pour objectif de devenir un long métrage d'animation basé sur les techniques digitales.

Après avoir réussi brillament avec BANJA, un petit personnage rasta, héros de plusieurs animations, transformé depuis en jeu interactif sur le web puis en série de dessins animés à succès pour télés nippones et germaniques, TEAMCHMAN lance un nouveau concept. Le résultat est très impressionant. Nul doute qu'ils arriveront à leur fin.

Vector Lounge 5

La dernière édition de Vector Lounge s'est produite à SINGAPOUR. Pour l'explication, la réunion, un happening multimédia, rassemble les meilleurs aktivistes en animation web utilisant FLASH MX. Un thème est proposé aux participants qui s'acharnent pendant la durée du lounge à produire une animation numérique synthétisant diverses cultures underground. On peut donc apprécier sans limite les talents qui s'expriment avec un brio de plus en plus étonnant.

mercredi, septembre 18, 2002

Me and my own shadow project

Un site qui présente une collection de photos sur la thématique de soi et son ombre. C'est beau, très beau. Cela donne des envies gourmandes. Vous pouvez participer en y envoyant vos plus beaux clichés.

BAS LES FANTOMASKES et les FANTOMETTES : le 28 septembre prochain

Colors Party nous ressort une soirée thématique déguisée sur FANTOMAS, derrière les fagots des halles de Schaerbeek le 28 juin prochain. Cela promet comme les dernières ont été des réussites. Plus de niouzz sur les préparatifs dans quelques temps grâce à la serveuse de cocktails de la mort qui nous livrera quelques secrets de fabrication.

Nos nuits Botaniques

Vous n'êtes pas sans savoir que nos nuits sont plus belles que vos jours surtout quand elles sont Botanique_tamère. Le programme commence festivalièrement parlant aujourd'hui le 18 septembre. Que dire, que faire, mais comment ça tient en l'air? On retiendra aujourd'hui le concert de Karin Clercq, comédienne bruxelloise immergée dans la chanson française à textes bruts de décoffrage injectés par un Guillaume Jouan (ex guitariste des débuts de Miossec). Attention prise rapide de conscience.

Pour Jeudi 19.09, on retiendra le choix entre le 16 Horse Power qu'on ne présente plus, BumCello (la partie rythmique de M) et Melville Poupaud plus connu pour ses prestations d'acteur mais dont le talent multi-instrumentiste ne tardera pas à être reconnu. Rappellons que son frère Yarol, avec qui il joue dans MUD, a fait les heures de gloire de F.F.F. machine métal funk française qui sentait bon la sueur groovy aux effluves aromatisées à la marie_jeanne couche toi. Melville tient a casser son image de romantique sombre que les copines adorent.

Signalons aussi que dans le fond du classement, vers le 25.09, les bruxellois de MOXIE nous joueront leur ritournelles pop guitares fatiguées aux années 80.

Sans passer en revue tout le programme, allez y faire un tour pour piquer votre sélection et trouver une excuse pour aller écluser quelques bières au milieu de petit monde bruxellois. On est tellement mieux entre nous, non?

mardi, septembre 17, 2002

IMAGINE demande ses clés

MONGOSLAM a toujours été JETSET tendance ECOLO light, histoire de garder la ligne (du parti à flot), après le mouve BOBO Has Been et tant d'autres mouvements hypes, voici donc la retranscription d'un court SOS arrivé pas rasé dans une bouteille innondée par un snail mail spammé pas trop BAAD. L'heureux intéressé mr MinTon se sera sans doute reconnu. Histoire de préserver nos entrées pour les prochains vernissages branchés, nous vous demandons de prêter une attention discrète aux lignes qui suivent.

+++++++++++++++++++++++++++++
La rédaction d'Imagine demande les clés

Imagine traverse une passe difficile. Le 6 septembre dernier, Ecolo a pris la décision d'arrêter, à partir du 31 décembre 2002, toute forme d'aide financière au magazine.
Confrontée à cette situation de crise, l'équipe du magazine, actuellement en préavis, a décidé d'essayer de tenter l'aventure en toute autonomie, sans l'argent d'Ecolo.
Mais pour relever ce défi, il faut d'abord que la rédaction dispose des clés du magazine (soit le titre et le fichier d'abonnés).

L'équipe a besoin de votre aide pour qu'Ecolo, aujourd'hui encore seul actionnaire d'Imagine, accepte de lui remettre ces clés. Dans les circonstances actuelles, c'est la seule option crédible pour permettre à ce projet de presse alternatif d'avoir des perspectives d'avenir. L'équipe se donne quelques mois pour faire le tour des partenaires potentiels intéressés par ce projet de presse unique en Belgique.

Vous trouverez ci-joint un fichier attaché vous apportant les informations complémentaires nécessaires pour mieux comprendre la situation d'Imagine.
Apportez-nous votre soutien en envoyant un message demandant à Ecolo de céder les clés d'Imagine à l'équipe, pour un euro symbolique.

Merci de faire suivre cet appel à vos amis et connaissances !

Par courrier électronique : sf@ecolo.be (Secrétariat fédéral d'Ecolo).
Par courrier : Secrétariat fédéral d'Ecolo, place Saint-Aubain, 12, à 500 Namur.
Par fax : Secrétariat fédéral d'Ecolo, 081/22.90.70

L'équipe d'Imagine vous remercie pour votre aide précieuse.
Pascale Derriks (secrétaire), Françoise Denis, Laure de Hesselle et
André Ruwet (rédaction)
Courriel : info@imagine-magazine.com

++++++++++++++++++++++++++++++++

Je ne sais pas si toutes ces infos sont exactes, après tout je ne suis pas journaliste, je n'ai pas à vérifier mes sources (tant qu'elles ne tarissent pas d'éloges à mon égard, je bois du petit lait), et puis vous en faites ce que bon vous semble. Allez zou !!!


Pat Panik & MC Lunar, Le zéro et l'infini.


"C'est la grande déglingue
La décadence totale
La décade d'anges en descente d'acide
Le skylab en chute libre
C'est le crash
Vas-y bébé cloue-moi,
Screw-moi, shoote-moi, kamikaze-moi
J'suis le point d'impact
Et j'crois bien
Qu'ils vont balancer les gaz
J'suis plus rien, mais j'suis tout
Pas grand-chose mais j'men fous
J'suis le kid d'Hiroshima
J'suis le fils de Nagasaki
J'suis le zéro, baby,
Le zéro et l'infini ... "

lundi, septembre 16, 2002

NOSTRADAME DE BAGDAD- 10 points sur ce que pourrait être la propagande de guerre des USA contre l'Irak dans les semaines à venir.

Vous verrez (clair) : pas besoin d'avoir fait des études de communication pour apprécier l'article très fluide et instructif d'Anne Morelli, prof. de Critique historique à l'Université Libre de Bruxelle et auteur de l'ouvrage "Principes élémentaires de propagande de guerre, utilisables en cas de guerre chaude, froide, ou tiède".

L'Irak dans l'actualité de demain - La Libre Belgique - le 11/09/2002

Dans mon enfance, une journaliste du nom de Geneviève Taboui, passionnait quotidiennement les auditeurs de Radio-Luxembourg par une rubrique intitulée L'actualité de demain. Elle captivait l'attention via une ritournelle "Attendez-vous à savoir, chers auditeurs..." qui précédait chacune de ses annonces prospectives. Je ne suis pas futurologue, je ne suis qu'historienne, et je ne prétends nullement que le passé nous permette de prévoit l'avenir. Mais l'analyse des mécanismes de la propagande de guerre nous permette d'imaginer comment on chauffera l'opinion publique dans les médias pour lui faire accepter la prochaine guerre que prévoient les Etats-Unis contre l'Irak. Je fais ici le pari que, dans ce conflit aussi, la mobilisation des esprits se fera via les principes que je vais passer en revue. Vous saurez ainsi dès aujourd'hui ce que vous pouvez vous attendre à lire, à voir et à entendre.

1.Nous ne voulons pas la guerre : il va être indispensable pour justifier la guerre dans l'opinion publique de présenter l'Irak comme ayant provoqué la guerre. Il faut évidemment préparer cette provocation. Il y aura donc un incident (spontané ou non) qui sera présenté comme le défi auquel il est indispensable de répondre. Ce défi pourrait être le refus de l'Irak de recevoir de nouveaux inspecteurs du désarmement, même si Scott Ritter, ancien chef de cette mission, assurait dans une conférence au Palais du Luxembourg (Paris, 10 avril 2002) que lorsque ces inspecteurs avaient quitté l'Irak en 1998, ils contrôlaient la totalité de l'infrastructure de l'Irak afin de s'assurer qu'il ne reconstituait pas son potentiel militaire. Mais attendez-vous aussi à voir demain sur votre chaîne préférée un nouveau vidéo-gag "prouvant" la complicité de Saddam Hussein et de Ben Laden, attablés ensemble au petit-déjeuner avec un exemplaire récent du New York Times, ou des prisonniers de Guantanamo révélant miraculeusement leur lien avec l'Irak, ce lien que la C.I.A. et le Pentagone aimeraient tant établir depuis plus d'un an.

2. L'Irak est seul responsable de la guerre. Bien que les Etats-Unis aient depuis des mois annoncé froidement qu'ils veulent en finir avec le régime avec lequel ils rêvent d'en découdre depuis la révolution provoquée par le parti Baas en 1958, l'incident prévu en 1 permettra de conclure que les Irakiens l'ont bien cherché et que la totale responsabilité du conflitleur incombe. La guerre que mèneront les Etats-Unis sera, même si cela semble difficile à imaginer, l'Irak ne les menaçant pas, une guerre défensive.

3. Le chef du camp adverse a le visage du diable. Une campagne de démonisation du leader adverse sera à ce moment nécessaire. On précisera d'ailleurs qu'on va se battre contre lui, pas contre les Irakiens. Comme pour le Keiser, lors de la seconde guerre mondiale, on le présentera comme un monstre sanglant sans pareil. Dans le cas de Saddam Hussein il n'est pas faux qu'il dirige un régime autoritaire (qui a notamment interdit et décimé le parti communiste, où il n'y a ni grève, ni syndicat indépendant...) mais il y a d'innombrables régimes (Turquie, Tunisie, Arabie-Saoudite,...) qui présentent les mêmes caractéristiques et que nous soutenons. Attendez-vous donc à ce que le dirigeant irakien soit accusé de cruautés exceptionnelles (par exemple il ferait couper la langue à ceux qui disent du mal de lui et ferait, comme Hitler, décapiter ses opposants) mais aussi d'être dément, psychotique, paranoïaque, comme le seraient d'ailleurs tous nos ennemis (Milosevic...) au contraire de nos propres dirigeants, modèles d'équilibre et de clairvoyance. Saddam Hussein sera le Hitler du moment (sa moustache sera raccourcie pour l'occasion !) comme bien d'autres avant lui. Mais par contre on n'osera plus ironiser sur le rôle de son fils, pré investi comme successeur, de peur de créer certaines analogies avec la famille Bush.

4. Pour chauffer l'opinion politique, les médias insisteront sur une différence essentielle : notre camp défend une noble cause au contraire de l'Irak. On ne parlera que très peu des enjeux économiques ou géostratégiques de la guerre, encore moins d'une revanche du fils par rapport à une pseudo défaite de son père, mais beaucoup de démocratie, d'humanisme et de droits de l'homme (ou de la femme). Pourtant l'enjeu essentiel de cette guerre contre l'Irak sera bien sûr le contrôle d'immenses gisements de gaz et de pétrole et d'une zone stratégiquement importante, entre la Russie et la Chine. N'oublions pas que l'Irak a eu l'outrecuidance de vouloir disposer lui-même des revenus de son pétrole et que cette velléité d'indépendance indispose profondément les compagnies pétrolières. Elles exigent donc leur libre accès à ces gisements, qui serait grandement facilité si un allié des Etats-Unis remplaçait Saddam Hussein et permettait aux troupes U.S. de se déployer dans la région comme c'est aujourd'hui le cas au Kosovo. Par son refus de se plier aux volonté américaines, l'Irak est un mauvais exemple qu'il faut châtier avant qu'il ne fasse des émules. Mais, je vous le répète, ces buts réels de la guerre ne seront pas -ou très rarement- évoqués. Par contre, attendez-vous à entendre présentés trois motifs, avancés déjà pour justifier la guerre de 1914-1918 :
- Notre camp est celui de la démocratie (en 1914, notre camp comprenait le tsar de Russie, pour la prochaine guerre il comprendra bien aussi des tyrans mafieux ou des émirs dictateurs).
- Nous défendons les droits d'un petit peuple (hier les Koweïtiens ou les Kosovars, demain peut-être les Kurdes qu'on laisse tranquillement exterminer s'ils vivent en Turquie).
- Nous luttons contre le militarisme (souvenez-vous à ce propos qu'on nous présentait sans rire en 1991 l'armée irakienne comme la 3ème du monde). Quand notre camp attaquera, remarquez que cela n'aura évidemment rien à voir avec le militarisme.
À ces buts classiques, nous pouvons ajouter aujourd'hui une pointe de féminisme, politiquement correcte. L'O.T.A.N. a envahi le Kosovo pour empêcher les Albanaises d'être violées, les États-Unis ont bombardé l'Afghanistan pour libérer les femmes de la burgha. Même si l'Irak est, de loin, le pays de la région le plus en pointe en ce qui concerne la condition de la femme, il n'est pas à exclure que cet argument (porteur pour la moitié féminine au moins de l'opinion publique) soit invoqué. Des journaux (cf. Vif-Express 15 mars 2002) ont déjà relevé que Saddam Hussein manquait totalement de compréhension avec les prostituées de son pays !

5. La propagande nous fera part à ce moment-là d'atrocités perpétrées par l'ennemi irakien.
Mais nous n'aurons peut-être plus à l'esprit tous les bobards précédents auxquels nous avons cru. Ils ont semé l'indignation, nous ont fait accepter la guerre au moment-même, mais ont été démentis après la guerre, après avoir joué leur rôle : boches coupant en 1914 les mains de les bébés belges ou soldats irakiens arrachant les bébés koweïtiens de leurs couveuses, auront certainement leurs homologues dans la préparation psychologique ou la justification du prochain conflit. La seule chosequ'on ne peut prévoir actuellement est le détail de ces bobards : il pourrait s'agir de l'équarrissage de peau humaine ou de toute autre excentricité peu productive. Quant à nos atrocités, elles seront inévitablement présentées comme des bavures involontaires. L'abri d'Amariya à Bagdad a été frappé de missiles perforants américains le 13 février 1991, lors de la précédente guerre contre l'Irak. Quatre cents civils irakiens y ont été brûlés vifs mais ce n'était qu'une regrettable erreur, d'ailleurs imputable aux Irakiens car le bruit courait que S. Hussein avait son quartier général sous l'édifice. C'est donc lui le monstre qui se servait de non-combattants comme boucliers humains et nous n'avons fait que tenter de le débusquer !

6. L'ennemi utilise des armes non-autorisées. Selon les époques il s'agissait des gaz asphyxiants ou des sous-marins, des balles dum-dum ou de la bombe atomique. Même si, de l'avis des experts tels Scott Ritter, en 1996, 90 à 95% des usines et des appareils de production utilisés par l'Irak pour produire des armes biologiques, chimiques, nucléaires et des missiles balistiques avaient été contrôlés comme effectivement détruits, cette question ne manquera pas de ressurgir. En 1991, on avait chauffé l'opinion publique en nous montrant des hyper-canons irakiens qui se sont révélés par la suite être...fantomatiques ! Attendez-vous donc à entendre parler ou à voir les images des armes non autorisées de l'Irak. Ce seront peut-être des bombes atomiques de poche ou des virus de la variole, je ne peux le préciser, mais cela m'étonnerait que cet argument ne soit pas utilisé. Je ne pourrai cependant m'empêcher de penser à ce moment-là que le seul pays à avoir jusqu'à ce jour lancé la bombe atomique contre des villes ennemies est les Etats-Unis et que le virus dit de l'anthrax ne semble pas avoir vu le jour hors de leurs frontières...

7. Peu après le déclenchement des opérations devrait intervenir un autre thème : Nous subissons très peu de pertes tandis que celles de l'ennemi sont énormes.Attendez-vous donc à apprendre immédiatement que les Irakiens n'opposent aucune résistance, sont heureux d'être libérés et ont tant de pertes qu'ils désertent massivement. Ce sera peut-être vrai mais cela pourrait être faux. En Yougoslavie, Jamie Shea, porte-parole de l'O.T.A.N., avait lancé ce type de nouvelle, reprise à l'unanimité à la une des chaînes télévision mais qui s'est avérée fausse. L'armée yougoslave n'a pas enregistré de désertions massives. Quant aux scènes de liesse attendant d'éventuels libérateurs, des Sudètes libérés par Hitler aux Parisiens acclamant avec le même enthousiasme Pétain et de Gaulle, nous devrions être de ces images pas forcément significatives d'autre chose que de la versatilité des foules. Si les opérations contre l'Irak se mènent sur terre, elles devraient forcément -au contraire des bombardements qui n'entraînent que des pertes unilatérales- entraîner des deux c ôtés des pertes humaines, même minimes du côté amé ricain. Mais jamais la propagande de guerre ne montre nos propres pertes humaines, à moins que cela ne soit à mettre au registre des cruautés de l'ennemi. Attendez-vous donc à voir les images de militaires irakiens morts mais pas de civils irakiens (car cela laisserait à penser qu'il ne s'agit pas de notre part d'une guerre totalement chevaleresque), ni de militaires américains morts car cela mettrait en doute l'image de la guerre propre et du risque zéro pour les boys américains. Les images de militaires américains qui nous seront présentées seront celles de combattants superman, de libérateurs ou de bienfaiteurs de l'humanité apportant -d'une main du moins, l'autre étant occupée par leur arme- aide et protection à la population irakienne. Avec un peu de chance, vous devriez voir des militaires américains avec des bébés sur les bras, distribuant des vivres à des femmes et des enfants irakiens reconnaissants.

8. Tout conflit passe plus facilement si des artistes et intellectuels soutiennent la guerre. En 1914, 93 des plus grands noms de l'élite scientifique et intellectuelle allemande avaient soussigné un manifeste, en appui au Keiser et à l'armée allemande, victimes selon ce manifeste d'odieuse médisances. En 2002, des intellectuels américains ont fait de même la guerre contre l'Afghanistan. Leur appel à soutenir la guerre a été largement médiatisé dans la presse européenne tandis qu'un appel en sens contraire, opposé aux bombardements et provenant d'autres intellectuels américains, n'a -lui- eu qu'un écho tardif et n'a pas fait la une des médias en Europe. Attendez-vous donc à lire de telles pétitions de soutien d'intellectuels américains -et de leurs petits frères européens- à leur gouvernement lorsqu'il déclenchera la guerre contre l'Irak. Par ailleurs, attendez-vous aussi à voir -aux Etats-Unis comme en Europe- des images de shows divers en soutien à la guerre : lors de la guerre contre la Yougoslavie, peu d'artistes mobilisés avaient osé, tel Arno, résister aux sirènes des médias, et refuser ce type de prestations militaro-fantaisistes. Britney Spears, ou Marilyne Monroe, ou une autre encore, encouragera de sa voix et de ses charmes le moral des troupes américaines avant leur départ pour le front américain. Cet appui ne sera évidemment pas le résultat de leur réflexion politique mais donnera au public l'impression que la guerre est soutenue unanimement.

9. La propagande de guerre exige que notre cause soit présentée à l'opinion publique comme une cause sacrée. L'Irak étant un pays laïque, il sera un peu difficile de présenter ce conflit comme étant celui de l'occident chrétien (le christianisme est aussi la religion du vice-premier ministre irakien Tarek Aziz) contre l'islam. Mais pourquoi pas ? En outre, attendez-vous à entendre sans arrêt le manichéisme séparer les deux camps. Nous serons le bien, le camp de la démocratie, de l'humanisme, de la liberté, de la libre-entreprise. L'Irak sera le mal, l'état voyou, la tyrannie, la dictature. En cela la défense de notre cause aura un caractère sacré. Dieu soutiendra l'Amérique, Satan soutiendra l'Irak, et pour accentuer le contraste, le président américain ponctuera encore quelques-uns de ses discours d'émouvants " God blessed America " ou " In God we trust ".

10. Enfin, ceux qui mettraient en doute cette propagande seront considérés comme des traîtres. Ils ne croiraient pas que les Irakiens ont voulu la guerre, provoquent sciemment des atrocités, sont dirigés par un monstre sanguinaire et ne respectent pas les lois de la guerre ? Tandis que notre camp, contraint à la guerre, défend une noble cause avec des armes légales et des combattants c hevaleresques qui ne commettent qu'involontairement des bavures ? Attendez-vous à les voir traités d'agents de Saddam Hussein, de fossoyeurs de la démocratie, de pacifistes attardés, de dangereux inconscients. C'est ainsi que passera sans problème dans l'opinion publique l'agression contre l'Irak (pardon : la juste défense de la démocratie et de la libre-entreprise contre l'Irak).

Depuis plus d'un siècle, ces principes de la propagande de guerre ont toujours fait recette. Attendez-vous donc à les retrouver bientôt appliqués dans vos quotidiens, hebdomadaires, chaînes de radio et de télévision préférés.

Fight Club

Si vous voulez vous défouler sur le web en provocant vos amis à des duels amusants, Lycos vous offre un jeu FIGHT CLUB. Très facile à jouer, il vous suffit de choisir un personnage et vous configurez vos combats à l'avance. Hop un coup dans le bide, bing deux coup de boule, bang trois coup bas, bings quatre coup dans le bide et chtoing cinq coup de boule. Ensuite on prépare la défense aux coups de l'adversaire. Et le match peut se jouer sans pitié. Raaaaah ou Aaaargh.

Pour défier vos amis, une simple adresse email suffit. Attention à ne pas livrer d'adresses officielles ou inopportunes qui seront sans doute spammées. Lycos n'offrant certainement pas un jeu pareil gratuitement.

Gagnez votre combat et capitalisez des pépèttes et des points de vie qui augmentent vos chances de survie pour les prochains combats.

Si vous cherchez des noises, venez nous défier en envoyant un mail depuis le jeu sur booyaaslam@yahoo.fr ou mongoslam1@yahoo.fr
Et que le meilleur gagne .....

Anniversaire sans surprise

Il est des week-ends où le programme se réduit à un thème unique à décliner sur plusieurs tons. Anniversaire d'une enfant, anniversaire d' une amie, anniversaire d'inconnue : flot d'émotions, de rires et de mélanges incongrus. De quoi composer un éventail des joies qui apportent à notre quotidien un peu relief. La journée du vendredi, ensoleillée comme en plein mois d'août, n'a pas manqué à ses promesses en offrant un anniversaire mémorable pour les sourires de l'heureuse fêtée. Le dimanche après-midi fut aussi un régal même si un coup de pompe m'aura assommé pour une sieste plus longue qu'imprévue. La petite princesse sous ses couettes malicieuses nous aura bien fait rire avec ses espiègleries impertinentes.

Sans doute pour apporter plus de relief aux deux autres fiestas, un troisième anniversaire d'une inconnue - où j'étais sans doute un cadeau promis - m'a plutôt ennuyé. Sans exagérer mon propos, j'avais l'impression de me retrouver avec une bande d'engoncés qui faisaient facilement 10 à 15 ans plus vieux que leur age. Il y a toujours plusieurs personnes avec qui on partage quelques discussions. Mais l'énergie générale était plutôt du genre asceptisée. Normal me souffleront certains, la plupart étaient du corps médical, beaucoup anesthésistes. Trop facile car ces derniers étaient sans conteste les plus drôles. Sans être péjoratif, cela m'a donné une idée d'une certaine bourgoisie provinciale un peu précieuse qui se retient discrètement. Sur le moment j'étais un peu déçu. En y ayant bien réfléchit, j'ai passé un bon w-e.

Bonjour chez vous, dirait Mister Mong.

StyleLab

Diesel marque bien connue de vêtements griffés pour jeunes branchés vient de sortir un site web aux animations graphico-poétiques plus qu'intéressantes. J'ai cru lire un texte de Rimbaud - traduit en anglais - Bon il vous faut une machiiiine super faaast.

Elastique


élastique
gimmicks
je te réplique
du tac tac au tic

quand certains jours pour moi ça rigole pas des masses
devant ma glace
je me fais des grimaces

élastique
des gimmicks
un peu comme Mick
Jagger que je trouve comique

Elastique
Gimmicks
Informatique
Sur l'amour file-moi ta doc

J'suis élastique
Dans mes gimmicks
Maths et chimique
Pas louper mon bac

Quand certains jours pour moi ça rigole pas des masses
Devant ma glace
Je me fais des grimaces

Elastique
Des gimmicks
Oui j'ai des ticks
Et c'est pas du toc

Elastique
Gimmicks
J'aime la musique
Le funky le roll and rock

J'suis élastique
Dans mes gimmicks
Mais hélas tic
Je vois tout en toc

Elastique
Gimmicks
J'aime les comic
Strip aussi les clips

Quand certains jours pour moi ça rigole pas des masses
Devant la glace
Je me fais des grimaces

Elastique
Des gimmicks
J'ai trop de tact
Je manque de tactique

Elastique
Gimmicks
T'es qu'un pauv'mec
T'es malade t'faudrait un doc

Quand certains jours pour moi ça rigole pas des masses
Devant ma glace
Je me fais des grimaces

élastique
des gimmicks
un peu comme Mick
Jagger que je trouve comique

Elastique
Gimmicks
T'es qu'un pauv'mec
T'es malade t'faudrait un doc

Serge Gainsbourg

dimanche, septembre 15, 2002

Qui est le plus fragile ?


Si cruel ce reflet de moi-même
Dans cette glace qui me glace l'épiderme
Si réel ce reflet, qu'il nous gêne
Cet emblème matinal nous rend blême

Qui est le plus fragile?
La vérité sans un mot de trop

Qui est le plus fragile?
Juste un constat
Les qualités, les défauts

Immobile, impassible, force tranquille
Tu entonnes une réflexion intime

Qui est le plus fragile?
La vérité sans un mot de trop

Qui est le plus fragile?
La vérité sans un mot de trop

Rire d'un miroir
C'est rire de tout

M

jeudi, septembre 12, 2002

Duel au soleil

Satanée pleine lune rousse triangle des Bermudes
J'fais rimer latitude solitude et incertitude
Entre deux surprises parties tu m'as surpris t'es partie
Seul je suffoque dans cette jungle ça m'rend dingue t'es partie

J'fais un vœu le feu d'un duel au soleil
Je rêve d'un duel avec toi
Prise au piège tu te rendras
Provoc et duel avec toi

L'horizon s'éclaircit sublime le soleil s'est levé
Dans le rôle du rebelle des sables enfin tu apparais
Défiant toutes tes attitudes dans les dunes caché
Je n'te laisserai aucune chance pas de chance

J'fais un vœu le feu d'un duel au soleil
Je rêve d'un duel avec toi
En haut d'la falaise tu viendras
Provoc et duel avec toi
Me donner la fièvre au soleil
En haut de la falaise rebelle
Je veux un duel avec toi
Duel au soleil contre moi
Duel au soleil contre moi

Choix des armes arme blanche ta préférence
A ta guise ton regard qui s'aiguise insolent

J'fais un vœu le feu d'un duel au soleil
Je rêve d'un duel avec toi
En haut de la falaise rebelle
Provoc et duel avec toi
Me donner la fièvre au soleil
En haut de la falaise rebelle
Je veux un duel avec toi
T'es prise au jeu tu te rendras
Duel au soleil contre moi
Duel au soleil contre moi
Duel au soleil contre moi...


Etienne Daho

Daydreamin

Miroir, Miroir sur le mur
Dis-moi que je suis le plus pur
Que j'atteindrai mes buts futurs
J'lève ma main droite et dis je l'jure
De la presqu'île à l'archipel
D'Indonésie l'archie belle
Zig-Zag de l'aisé vers l'Asie
Avec 16 asa mais zen comme Zazie
Perfect. Bois de teck
Comme on l'entend dans les discothèques
Je cherche, une fille douce comme Java
Y a-t-il quelqu'un qui pense à moi?

Daydreamin

J'ai vu une fille dansant le new-jack swing
Avec le swing, d'Ali sur le ring
Elle était vase Ming, pas cruche
Et moi j'ai fait l'autruche
J'aurais du lui parler "bébé what's your name?"
Dans un pur style drague à l'américaine
Mais la belle demoiselle s'est éloignée comme un Archipel
J'ai besoin de nitroglycérine
Pour quitter mon goulag, Solaarjenitsyne
Sans toi c'est dur comme USHUAÏA
Je rêve que tu penses à moi

Daydreamin

Insulaire donc rebelle
La quête de l'amour est un Archipel
Qui se déplace, quand on compose
Se décompose puis se recompose
Elle représente l'île, je suis la terre
Dois l'accoster, sans être vulgaire
Entre ses mots se cache un idéal
Celui de ne pas faire de mal
Tu sais! J'ai des rendez-vous
Je suis venu te dire ... Que je m'en fous !
Ce rythme érotique est pour toi
Ecoute-ça! Je pense encore à toi

Daydreamin

Miroir, Miroir sur le mur
Dis-moi que je suis le plus pur
Je crois en toi depuis Alice
Aux merveilles sans vice et sans malice
Miroir toi qui réfléchis
Est-il utile d'aimer dans la vie
Autre chose que des Naomi
Je pense que oui
pilote de ligne sur les bords de Marne
Avec une femme, archipel de calme
C'est le cœur qui fait le choix
S'il parlait, le mien dirait cela.

Daydreamin

Mc Solaar

mercredi, septembre 11, 2002

Après la minute de silence,

un peu de militantisme à chaud :

je viens de terminer un bouquin écrit par les créateurs du label Max
Havelaar, "l'aventure du commerce équitable, une alternative à la
mondialisation" que je vous conseille d'ailleurs chaudement.

Ce label concerne jusqu'à présent des produits tels que le café, les
bananes, le thé, le cacao, le miel et le chocolat et nous garrantit que ces
produits ont été faits dans des conditions de travail correctes et que les
cultivateurs ont reçu le juste prix pour leur récolte. Les bénéfices des
ventes permettent à ceux-ci de construire progressivement un début de
système social et éducatif, d'accéder à un niveau de vie
quelque peu décent.

Comme le but consiste à trouver ces produits dans nos supermarchés
(Delhaize, Carrefour,...) en cherchant un petit peu dans les rayons, il est
vraiment facile d'adhérer à cette démarche, de plus ces produits ne sont pas
beaucoup plus chers que les autres. En bref, depuis la lecture de ce bouquin,
j'ai un peu du mal à acheter du café Douwe Egberts ou des bananes Chiquita,
dont les responsables n'ont pas beaucoup de respect pour le mot éthique. Ils
ne sont évidemment pas les seuls à être pointé du doigt mais c'est un début d'action
qui pourrait faire à terme changer les mentalités.

pour plus d'info: le site

bien à vous,

Thierry

La fille d'avril

C'est une fille d'Avril
Pauvre de moi
Une fille difficile
Elle ne veut pas
Découvrir d'un fil
Tout ce qu'elle a
Ni son cœur, ni son corps
C'est comme ça

Les filles de Janvier, on le dit
N'aiment pas garder leurs habits
Au coin du feu
Elles se prélassent
Février Mars
Voici le joli mois de Mai
Les manteaux, on les met jamais
Elles ne gardent presque rien
Quand vient le soleil de Juin
Enfin Juillet les déshabille
Mais elle, c'est une fille...

D'Avril
Pauvre de moi
Une fille difficile
Elle ne veut pas
Découvrir d'un fil
Tout ce qu'elle a
Ni son cœur, ni son corps
C'est comme ça

Le soleil n'a plus aucun doute
Allongées sur le sable d'Août
En Septembre un autre rêve
Le vent se lève
Elles aiment le vent les filles d'Octobre
C'est de l'air qui vient sous lesrobes
En Novembre il fait plus froid
Serre-moi fort dans tes bras
Et passons Noël enlacés
Mais elle

C'est une fille d'avril
Pauvre de moi
Une fille difficile
Elle ne veut pas
Découvrir d'un fil
Tout ce qu'elle a
Ni son cœur, ni son corps
C'est comme ça

Pauvre de moi
Une fille difficile
Elle ne veut pas
Découvrir d'un fil
Tout ce qu'elle a
Ni son cœur,
Ni son corps

C'est une fille,
Une fille d'Avril

Elle ne veut pas
Ni son cœur
Ni son corps
C'est comme ça
Talalala ouh...

Laurent Voulzy - Alain Souchon

Stach Stach

Ce fut l'un des tubes de l'été 2002, l'avez-vous entendu?

Kouroukoukou roukoukou stach stach
Kouroukoukou roukoukou stach stach
Kouroukoukou roukoukou stach stach
Karoukatchikétaf doubidou stach stach

Kouroukoukou karoukatchikétic tic
Kouroukoukou karoukatchikétac tac
Kouroukoukou karoukatchikétuf tuf
Kouroukoukou karoukatchikétouf touf

Kouroukoukou roukoukou stach stach
Kouroukoukou roukoukou stach stach
Kouroukoukou roukoukou stach stach
Karoukatchikétaf doubidou stach stach

Kouroukoukou karoukatchikétam tam
Kouroukoukou karoukatchikétom tom
Kouroukoukou karoukatchikétim tim
Kouroukoukou karoukatchikatchoum tchoum

Kouroukoukou roukoukou stach stach
Kouroukoukou roukoukou stach stach
Kouroukoukou roukoukou stach stach
Karoukatchikétaf doubidou stach stach

Kouroukoukou karoukatchikéthia thia
Kouroukoukou karoukatchikéthir thir
Kouroukoukou karoukatchikéthur thur
Kouroukoukou karoukatchikathoi thoi

{Passage instrumental}

Kouroukoukou roukoukou stach stach
Kouroukoukou roukoukou stach stach
Kouroukoukou roukoukou stach stach
Karoukatchikétaf doubidou stach stach.


International Bratisla Boys

Décélébré


Ce savant mélange de sauvage et de tendre ne pouvait qu'assouvir une âme féminine
Par de là ravie de se pouvoir transformer, à la lumière de la baie, en désirs et canines.
Tendresse et volupté déchirent les instants et ravivent les pores de bien se consumer,
Nous cherchons les comments, les pourquois du déjà, enfin, comment s'aimer de savoir s'accoupler ?

Hardiment dans les poses qui souvent se proposent à ce divin milieu,
Et de rage en étages, tu colores la pièce de petits cris silencieux.
Le bleu devient orange, tapisse les murs d'un grain et dans tes yeux
La pomme de nos caprices se croque à pleine bouche, licencieux.

Nous partons vers des cîmes à se faire décimer
Et sombrer dans la morte, la Morphée.


Pas tout de suite, encore! de ce galimatias horizontalo-vertical,
De cette joute à sensues dans la lueur du vase et des branches, ombilical.
Longtemps jamais ne cesse à ne faire qu'un, qu'un seul, et toujours bicéphale.

Un même mouvement se permet quelques ruades et distorsionne, exhale un coeur
Par trop souvent peiné à devoir se taire et attendre de plaire.
Tandis qu'elles crépitent en théâtre et en ombres, mes braises adorées
Se décérèbrent pour n'être plus qu'elles-mêmes, enjouées-violentées.

Jusqu'à manger leur aube finissante, elles s'allument et éteignent les feux
En suivant le pourtour d'un désir qui dévore le fait d'être à deux.
Voraces, elles se calcinent et se consument de la présence, de l'absence
D'un vent allié voire contre-allié à la patience et à la chance

D'être tombé
Cette nuit-là
Dans ton lit fredonné.

AB

mardi, septembre 10, 2002

Une industrie comme une autre,

Où Mistermong vous parle, par article interposé et limité à son essentiel, de son boulot-gagne-pain-turbin-bourreau à un moment de son histoire.

"Les SSII {sociétés de service informatique} condamnées au marasme", titrait récemment le quotidien économique La Tribune. Redoutant d'avoir manqué l'annonce d'un tsunami qui se serait produit à mon insu pendant les vacances, je me précipitai sur l'article. Ouf ! Il s'agissait en fait de la publication de quelques chiffres d'affaires semestriels qui avaient le malheur de ne progresser "que" de 4 à 5 % : voilà ce que certains appellent marasme ! (...) sans doute les SSII ont-elles vécu pendant des années sur des taux de croissance et de marge tellement mirobolants qu'elles ont du mal à admettre de n'être plus aujourd'hui qu'une activité comme une autre (...) l'industrie informatique est à ce tournant : celui de la maturité et de la fin des années folles ... c'est à un après-eldorado qu'il faudra s'habituer. Ce n'est pas facile de devenir monsieur tout-le-monde quand on a été le roi du monde. Dans cette affaire, les seuls qui ne se soient jamais trop emballés, à part quelques risque-tout, ce sont les utilisateurs, souvent sidérés par l'attitude des fournisseurs. (...)"

Luc Fayard, directeur de la rédaction de 01 Informatique.

lundi, septembre 09, 2002

Sinima

Or donc maintenant, je vais vous parler de "Love is the devil". Biographie haute en couleurs et passionnée du peintre anglais Francis Bacon, 1902-1992. Evidemment, il est préférable d'avoir vu ses tableaux soit en reproduction dans les beaux livres d'art, soit en vrai dans un musée, bien qu'ils soient souvent exposés derrière une vitre. Mais ce n'est absolument pas nécessaire.

Le film s'est donné la haute ambition de traduire l'atmosphère étrange et dévastée de l'imaginaire et vie de Bacon. En prenant ses toiles comme référents ultimes, le réalisateur nous plonge tout droit dans ce qu'on peut bel et bien appelé un univers torturé et difformé, où une brûlure de cigarettes ressemble à s'y méprendre au plus doux des baisers. On aime ou on aime pas. On est touché par la violence des passions qui se déchaînent et qu'on laisse se déchaîner ou bien on ne l'est pas mais il semble que F. Bacon et ses tableaux d'un age nouveau fassent bel et bien et à tout jamais partie de ce qu'on appelle l'Histoire de l'Art.

La vidéo est distribuée en Belgique par Boomerang Pictures, clin d'oeil moins que publicitaire à un ami qui, à mon avis, n'en a pas besoin.

Bonjour chez vous

vendredi, septembre 06, 2002

Mademoiselle

Mademoiselle
Qui passez sans souci
dans vos rêves
bien plus bleus que la vie

J'irai même
vous chanter sous la pluie
tant vos rêves
font le jour de mes nuits

Mademoiselle

Mademoiselle
tout cela n'est qu'un jeu
je vous aime
n'y voyez que du feu

Le plus beau jour
est celui d'aujourd'hui
tous les toujours
ne riment qu'avec ennui

Mademoiselle


from Thierry Dutronc A.Garoux / Henri Salvador

jeudi, septembre 05, 2002

Milo est arrivé
Christine et Jeannot sont heureux de nous annoncer l'arrivée du petit Milo vers les 4:23 ce matin.Tout la petite famille va bien après quelques courses poursuites inédites dans l'hôpital pour arriver à trouver le bon département. Attendu depuis le milieu de la semaine passée, le lascar n'avait trop envie de mettre les pieds dans notre monde. Ce qui n'était pas pour reposer ses parents. Une bonne semaine de bonus et hop, il est arrivé. Dommage qu'il n'y ait pas eu de caméra, pour qu'on puisse en rire en douceur de leur course éffrenée, comme d'une séance de photos de vacances. On est heureux pour eux et aussi pour la voisine de monsieur Ducobu qui n'a pas du beaucoup dormir dans l'excitation de l'évènement. Encore toutes nos félicitations aux heureux parents.

Douanes : Rien à déclarer? Alors circulez !
aujourd'hui rien à composter de bien particulier
le train file comme à l'habitude
les paysages s'étirent floutés
juste quelques réflexions qui ont du mal à s'ébaucher
sur la liberté à laisser à l'autre
quelle réponse accepter pour satisfaire votre demande
la légitimité de la déception qu'on peut ressentir
les limites à poser
pour ne pas forcer dans l'intransigeance
mais plutôt rechercher la borderline
pour éviter la rupture de charge
territoire intérieur mal connu à explorer
entre gris clair et gris foncé
plutôt que de virer black&white
savoir pourquoi vouloir préserver un lien
pour quel degré de possession de l'autre
être satisfait de ce que l'on reçoit
même si c'est peu ou presque rien
un lien c'est déjà çà
sans doute beaucoup pour l'autre

enfin voilà le genre de sujets gnangnans pour aujourd'hui
barbant, non?

je ne vois pas trop l'intérêt de ces épanchements.

mercredi, septembre 04, 2002

Les Unes et les Autres du monde

"AUJOURD'HUI, MONSIEUR DUCOBU REND VISITE A MONGOSLAM"

Ca sent drôle, ici... Enfin, j'suis pas venu pour parler déo mais des unes.

Chaque jour, newseum.org reproduit la Une de plus de 200 quotidiens du monde. Avec en prime la possibilité de rapatrier la page au format PDF, histoire de la lire tranquille. Y'a pas d'pub. Dommage, moi j'aime bien découper les bons de réduction et les femmes. Puis un écran, c'est moins facile à déchirer. C'est ça l'avantage, comme disait ma femme de ménage : Monsieur Ducobu, c'qu'y a de bien avec les ordinateurs, c'est qu'ils se chiffonnent jamais.

http://www.newseum.org/todaysfrontpages


Equation à une inconnue

Le sens unique et la dérive intégrale
de zéro à l'infini de XX sur XY
n'entretiennent pas forcément les bons sentiments
si toi rien à donner à moi
alors toi rien recevoir de moi
l'équation des relations binaires
B.A. BA des relations humaines
n'est jamais une opération vaine
si tu fais comme la C.I.A.
rien qu'à m'exciter
pour des prétextes fallacieux
alors je ne joue plus au jeu
de qui perd gagne les cieux
juste pour tes beaux yeux
et te fais mes adieux
sans fleurs ni couronnes
à ta voix étranglée de larmes
dans le cornet du téléphone
à ta demande déjà muette dans ton appel
à ta souffrance en errance
sans attendre demain j'ai tendu la main
entends-tu tant de temps de tendresse
mais pour aller où? pour râler où? pour en faire quoi?

Te donner ce que je n'ai pas
surtout si tu n'en veux pas
c'est sans doute cela
l'allusion et le fond de mon dilemne
l'illusion et les mauvaises promesses
tu leur diras que j'ai déjà donné
donner c'est donner
abandonner c'est se délivrer
je ne sais plus attendre
sans limite même tendre
ma patience en latence est hors d'usage
trève d'exigence colèrique infantile
simplement tu n'es pas encore prête
la baffe et le coup de pied au cul
sont encore la plus simple adéquation
pour résoudre l'équation de toi l'inconnue

New Flesh

Critique en français

On connaissait les révolutionnaires d'APC (anti-pop-consortium), on aimait en se disant que ce hip-hop, bien que sortant de beaucoup de sentiers battus et rabattus d'un rap pré formaté, n'en était pour autant volontairement appauvri et froid comme une banlieue londonienne un soir de fog. Bien sourd serait celui qui ne verrait entre New Flesh et APC aucunes similitudes de combat, d'attitudes et d'objectifs ... bien qu'aux miennes d'oreilles, New Flesh apparaissent plus fini, plus lèché et plus chaleureux.

Gros coup de coeur de MisterMong, les soirs de varap et autres gesticulations devant_sur son clavier.

Bonjour chez vous.

mardi, septembre 03, 2002

Chien rouge

Au Sylvio de l'Alliance qui se reconnaîtra parmi les ressemblances
d'avoir été copieux sans aucune repentance.
Saupoudre et dissémine ta semence de magie.
En ruades immobiles, échine ta chevelure tes commères, tes reliures
et libère ce serpent, ce comique ; la limite du poète est sincère et s'ennuie
d'attendre la venue d'un petit rien qui l'habite, la dépasse puis la quitte.
Ces phrases sont pour toi et du roi Dubillard. Emmarge, tes carnets !
Aux barricades, allons, d'une raison qui fait vite d'inventer un réel
Sans murs blancs ni sans mouche.

D'avant les mots, rien ne persiste. Abreuve ta gamme, celle des riens,
Celle qui va vite. Gamelles, portes-rateaux ou bien fenêtres :
Serveuses dans le coin, dans le pif du zinc en arc de flèche ?

"
11 janvier 1950

Il ne parlait que pour soi. Quand vous posiez une question, il n'y répondait pas directement mais reprenait quelques uns des mots que vous aviez employés, comme thème d'un monologue personnel. Certains se vexaient. Dautres l'utilisaient comme on utilise un oracle. D'autres essayaient de faire comme lui."

lundi, septembre 02, 2002

Trop beau pour être faux

L'amour est comme le millésime, il se compte en années, en saison, en grands cycles. Il épate nos impatiences ainsi que nos gosiers et la rondeur assurément vient de son grand âge. Il éclaire nos consciences et adoucit nos gueules en bois, grandes béantes et béates, jadis.

E-mail Art

Nouveau concept d'exposition, la mailing liste artistique. Cinq artistes ont été réunis, et un sixième sera choisi au terme des 5 premières semaines de l'exposition parmi les lecteurs qui souhaiteraient y participer. En vous inscrivant, vous recevrez chaque semaine, un email artistique. Libé nous offre une description portraitisée des artistes impliqués qui réfléchissent sur les nouveaux médias (implication, réflexion, blabla bla et blabla bla ... ).

La looseuse de bonnes aventures

Comment passe un week-end
en morne teinte illusions des feintes défuntes
en mornes plaintes dans le brouhaha
de fêtes en défaites en rase campagne
d'impudiques parties publiques à l'herbe rase
entre l'agitation des uns
et l'ennui de quelques autres
vous finissez par perdre votre meilleure amie.

Le week-end commencé
en lui dégageant ma guange palpitante
à sa demande implicite
opération à coeur ouvert sans anesthésie
elle l'a piétiné la minute d'après
en pratiquant l'esquive ivre
l'irrespect éthylique
d'une adolescence attardée
avec le jeu de la fille facile
qui fuit en avant
se foutant habile de ma poire
à faire pétiller les désirs abrutis
de frétillants demeurés coiffés comme des glands
ma colère a grondé et explosé

J'aurai joué mon jeu à fond
pour ne pas être pris à défaut
sens unique névrotique d'hystérique chimérique
réduite à ses absurdités mensongères
à des attitudes stériles frénétiques
Elle sait danser comme un pied tendre

La vie est trop courte
pour prendre des coups de canifs
à satisfaire une névrose
qui croit voir la vie en rose
au moindre regard alléché

(work in progess ... à suivre)

Death In Vegas s'offre en DVD

Pour accompagner son nouvel opus Scorpio Rising (sortie le 17 septembre), Death In Vegas va sortir un DVD début 2003. Celui-ci devrait contenir un film sur l'élaboration de l'album ainsi que des court-métrages illustrant chaque chanson. L'acteur Dennis Hopper (Easy Rider, True Romance) participe à ce projet.
Le clip du single Hands Around My Throat pourra être vu très prochainement sur lesinrocks.com. (30 août 2002).

Qui du commun pourrait dire à quoi il va ressembler ... mais si vous préférez la prudence d'une valeur sûre, je vous conseille d'essayer le premier album des mêmes gaillards mais dont j'ai oublié le titre. Vous devrez prendre le chemin de votre disquaire favori et lui demander sans le mettre mal à l'aise "dites, vous n'auriez pas le premier album de "death in vegas" avec de solides et chaudes patates dans la bouche. De la très bonne facture, alors que le deuxième album laisse beaucoup plus indifférent.

A vos casques.

MisterMong cherche à szuivre des cours de sommeil ... si quelqu'un dans la salle peut l'aiguiller ... merci pour lui.

Comme on est prolixe en 12 ans ; sommairement remis en forme en cette fin de nuit.


Promenade

Mon âme s'est assise mais pas encore éteinte,
La quête d'une soeur enflamme toujours mes pinceaux.
J'ai retrouvé peut-être les chaleurs du passé
Cette marmite sans fond où nage l'éternité.

Cette fois, je l'ai vue dans un épais brouillard
Délier une langue que l'on croit contagieuse.
Et pourtant bien ouverts mes yeux se sont fermés,
J'étais glacé par un vent qui m'effleure.

La silhouette bleue enveloppa toute la pièce
Filtrant tour à tour bavardages pudibonds et regards indiscrets.
Mais mes yeux sont aveugles, je me sauve alors
Comme un chien tourmenté.

Sorti d'un songe,
Ausculter le ciment qui assembla pierres éparses,
Ramassées ça et là en d'inconscientes pauses.
Oui, revenir humer l'herbe fleurie de ces immenses
champs où l'on voit poindre l'ombre
De statues crevassées.
Et qui hantent encore mes plus intimes chagrins.

Devant cette étendue, je reste là, immobile
Coincé entre deux vents versatiles
A scruter la pénible, la marche de gargouilles
Baveuses qui remontent la vallée
où je m'étais placé.


La dureté du fauteuil me rappela l'insistance du lever. La dernière braise venait de se taire et toutes ce soir avaient eues des appels lancinants. Je me levai doucement, de peur de faire craquer le noble cuir usé. Le jour se levait plein de sa lumière brocantée.

Il fallait que je sorte de cette pièce voûtée,
Aller soupeser un air frais humide
Et flaques, trottoirs perfides.
Je n'avais pas choisi, l'odeur me souleva le nez
La suivre jusqu'à sa source comme un mets qui vous plaît
Mais dont on ignore tout, si ce n'est ses vapeurs,
Tenaillé par la fin.

Pour finir je sortis, bien décidé à marcher d'un pas long et précis.
Pas un pavé, pas une dalle ne devait m'échapper.

Ce n'était plus de la marche mais bien de l'inspection !


AB, 1990-2002

Powered by Blogger

Lafraise.com, éditeur de bien jolis T-shirts.